Le cas de conscience du fan des Wizards

Conf est.Non classé.Polémiques 25 mars 2010 | 1 Commentaire

Il ne fait pas bon être un fan de l’équipe de la capitale en ce moment. De catastrophe en catastrophe, il n’y aura quasiment rien eu de positif cette saison. Même Anday Blatche, un temps vu comme le rayon de soleil de cette année, y va maintenant de son embrouille avec le coach. Non, décidément, rien n’y fait.

Demain, le symbole de cette saison cauchemardesque sera devant les juges. Et ca ne s’annonce pas bien pour Gilbert Arenas. Le rapport de l’accusation est corsé. Il pourrait envoyer le franchise player des Wizards derrière les barreaux pour quelques mois. Paradoxalement, c’est peut-être ce qu’attend une partie des fans de l’équipe.

Car c’est là que les choses se compliquent. Pour relancer son équipe, la meilleure chose que peut faire Arenas c’est d’aller en prison. Cela permettrais sûrement aux Wizards de se débarrasser de son énorme contrat et de regarder vers l’avenir. Problème : il est dur de souhaiter à quelqu’un d’aller en prison. Surtout quand ce quelqu’un vous a fait vibrer pendant quelques saisons et qu’il est encore censé être le meilleur joueur de votre effectif.

Certains se sentiront coupables de souhaiter la privation de liberté d’un homme afin de voir leur équipe relancée. D’autre pas. Ceux là estiment que l’Agent Zero n’avait qu’à utiliser ses neurones avant de commettre un acte stupide qui a ruiné la saison de son équipe et ternit l’image du club. Un acte qui, surtout, était contraire à la loi, un acte qu’Arenas a tenté de couvrir et qu’il a même pris en dérision. Tout n’est qu’une question de sensibilité personnelle.

Les dirigeants des Wizards ont visiblement déjà choisit leur camp. Avec leur dossier de défense, les avocats d’Arenas ont joint plusieurs lettres écrites par des proches du joueur et des personnes qui ont croisé sa route. A chaque fois, elles témoignent de l’indéniable générosité qui habite aussi cet homme. Des dons pour aider des personnes malades, des coups de mains à des gens qu’ils ne connaissait même pas. Des témoignages parfois poignants.Le père de la star explique par exemple : « Je pense que l’enfermer, pour quelque durée que ce soit, le détruirait. Il est très fragile de beaucoup de manières, il ne fait que rire et sourire pour cacher la douleur. »

Mais parmi tous ces gens qui ont souhaité aider Arenas aucune lettre d’un dirigeant des Wizards ou d’un coéquipier, ancien ou actuel.

Gilbert Arenas est il calculateur, fragile, perdu ou juste idiot ? Impossible à dire sans connaître l’homme. Alors pas de jugement pour moi. Mais le fait de ne pas réussir à savoir si l’Agent Zero est un vrai méchant ou juste un gentil qui a fait une grosse bêtise ne facilite sûrement pas le cas de conscience pour les fans des Wizards.

La seule chose qui est sûre c’est que la suite de la carrière de celui qui était devenu en quelques années un des showman préférés de la ligue apparait bien difficille. Avec les Wizards ou pas, il va être dur de retrouver la confiance des fans. Les dirigeants ? S’il a le niveau, une équipe l’embauchera. Il ne sera pas le premier sportif à avoir droit à une seconde chance. Et c’est normal. Tout le monde à droit à une seconde chance.

Un commentaire sur “Le cas de conscience du fan des Wizards”

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Sur Basket Blog, Alain Mattei pense aux pauvres supporteurs de Washington : “Le cas de conscience du fan des Wizards” […]

Laisser un commentaire