Le quart d’heure français : Le paradoxe Ebroïcien

Francais.Non classé 19 avril 2010 | 0 Commentaire

C’est beau la simplicité. Deux équipes qui jouent au basket, pas de soucis majeurs d’arbitrage, une belle lutte et le meilleur qui l’emporte. Malheureusement pour les supporters de l’ALM Evreux, vendredi soir, c’est Lille qui était le plus fort.

Evreux n’a pas à rougir de sa défaite. Il y a des soirs comme ça ou il n’y a pas grand chose à faire. Une défense un peu plus serrée, quelques ballons qui rentrent dans le cercle plutôt que de tourner et de ressortir et Evreux gagnait. Mais non.

Redoutable à l’extérieur, la défense de l’ALM s’est paradoxalement une nouvelle fois montrée faible sur son propre parquet. Un constat qui n’échappe pas à Remy Valin après le match. Benoit Toffin appui le propos de son coach : « On était pas présent dans les rotations. ». Conséquence des largesses de la défense locale, Lille termine le match avec 81 points au compteur à 53,4% au shoot.

La défense, les Lillois l’ont soigné. Une pression haute qui a gêné l’ALM et une zone pour profiter de la maladresse des jaunes et bleus, les nordistes ont bien joué le coup. C’est aussi pour ça qu’Evreux est plus maladroit et perd le match.

Malgré tout, cette rencontre aurait pu tomber dans l’escarcelle euroise. A 1″10 de la fin, l’ALM mène d’un point après un panier de Meredis Houmounou. Mais quelques instants plus tard, alors que le buzzer de fin de possession va sonner, Adam Payton lance un tir à trois points complètement improbable, presque n’importe comment, mais qui termine sa course dans le cercle. Un tir qui a frappé la planche et l’arrière de la tête des spectateurs en même temps. James Mathis égalise juste derrière à 27 secondes de la fin mais Siggers profite de deux lancers pour donner l’avantage à son équipe.

Il reste 12 secondes à jouer. Sans temps-mort, Phillipe Da Silva remonte le ballon a toute vitesse et va s’écraser dans une nuée de défenseurs sous le cercle adverse. Le ballon, lui, n’a pas trouvé le cercle. La salle a compris, les premiers spectateurs quittent leur siège. Au petit jeu des lancers, Lille ne tremble pas et assure sa victoire. Pour une fois, Evreux n’a pas été maître du money time. Dommage, l’ALM avait réussi à combler le retard de 9 points atteint au cours du troisième quart.

Quatre rencontres restent à jouer avant la fin de la saison régulière.  « Quasiment que des matchs de playoffs » selon Benoit Toffin.

Evreux pointe pour le moment à la sixième place du classement. Pour bénéficier de l’avantage du terrain au premier tour, il faut terminer dans les quatre. Mais finalement, vu les récentes difficultés de l’équipe à défendre à domicile, peut-être qu’il serait préférable de jouer à l’extérieur ? Le paradoxe ebroïcien.

Photo : alm-evreux-basket.com

Laisser un commentaire