5 questions à : Pascal Legendre (directeur de la rédaction des titres du réseau Basket News et blogeur sur Ilovebasket.com)

Francais.Interview.Medias.Non classé 13 mai 2010 | 1 Commentaire

Pascal Legendre bonjour. Vous être le directeur de la rédaction des titres du réseau Basket News mais vous êtes aussi un blogueur. Comment est venue l’envie de vous exprimer à travers un blog ?
C’est grâce -ou à cause- de ma fille, qui tenait déjà un blog perso et qui est rentrée de plain pied dans ce domaine, en créant notamment un site http://www.lenuagedesfilles.com/, qui référence l’ensemble des blogs de filles. Elle m’a proposé d’en faire un sur le basket, estimant sans doute que son père n’avait déjà pas assez la tête en forme de ballon orange toute la journée. J’ai accepté le défi. Ilovebasket s’est lancé en janvier 2009 et… depuis je trime pour trouver des idées. Mais si je me relâche, elle va me faire les gros yeux, aussi je m’exécute.

Aujourd’hui, qu’est ce qu’on trouve sur ilovebasket.com ?
Des posts que j’espère divers et variés qui se font suivant les nouvelles qui me parviennent jusqu’aux oreilles ou sur ma boîte mail, parfois en fonction de déplacements (comme à Denain, Cholet, Bourges, Pau, Tarbes, etc…), mais aussi en faisant attention à ce que ça ne se télescope pas avec mon job de journaliste de presse écrite. Il y a surtout des posts sur le basket français, garçons et filles… Disons que recopier ou même commenter des news qui proviennent des sites américains ne m’excite que très moyennement.

Internet est maintenant partie intégrante des moyens d’information des fans de basket. Quels ajustements ont été nécessaires à la presse papier pour garder tout son intérêt ?
Ah! ah! ah! Vaste question. J’ai lu un tas d’études sur le sujet et… rien de convaincant. Bon, on peut toujours préférer lire sur du papier glacé que sur un écran d’ordi, mais bon, ça ne justifie pas de payer quelque chose que l’on peut avoir ailleurs gratuitement. Disons que la presse papier est « supérieure » lorsque les journalistes sont de qualité et qu’ils ont des moyens à leur disposition pour aller vers l’information. Et ne pas se contenter de colporter, de remodeler, sans vérifier.

Est ce qu’on peut dire que la presse écrite est devenue un complément du web ? A l’info brute et rapide du net, elle rajoute de l’analyse et des dossiers de fond ?
Simple complément? Vous n’y allez pas de main morte! Disons que lorsque Maxi-Basket s’est lancé en 1982, il n’y avait rien, sinon une rubrique plus ou moins consistante dans L’Equipe et que les nouvelles pouvaient passer un mois plus tard pour des scoops. Aujourd’hui, il faut le dossier en profondeur, l’interview aux petits oignons et la photo qui pète pour retenir l’attention des lecteurs. Ceci dit, vous tenez bon sur un ordinateur pour lire un article de plus de 2000 signes? Dur, hein!

Qu’est ce qui se prépare du coté de chez Basket News pour la fin des playoffs ? Quelques surprises dans les numéros de fin de saison ?
Secret défense! Et puis le propre d’une surprise, c’est justement de ne pas être divulguée avec l’heure H! Disons que le problème, c’est qu’il y a des passages à vide et au contraire des moments dans l’année où c’est le trop plein. Tiens, pour le prochain numéro, on doit traiter du Final Four de l’Euroleague, des playoffs NBA, de la finale de LFB et présenter les playoffs de LNB. Chacun va se sentir à l’étroit.

Un commentaire sur “5 questions à : Pascal Legendre (directeur de la rédaction des titres du réseau Basket News et blogeur sur Ilovebasket.com)”

  1. I precisely desired to thank you so much once again. I am not sure the things that I would’ve implemented without the actual creative concepts shared by you on this topic. It became a troublesome case for me personally, however , witnessing a professional form you treated the issue took me to leap with happiness. I will be thankful for this information and even hope you comprehend what an amazing job you are always putting in educating the mediocre ones via your website. I’m certain you’ve never got to know all of us.

Laisser un commentaire