Finals preview : L’heure de la revanche

(Long) Papiers.Conf est.Conf ouest.Non classé.Playoffs.Preview 2 juin 2010 | 0 Commentaire

Revanche. C’est le mot clé des finales NBA cette saison. Il y a deux ans, les Lakers ont été humiliés sur et en dehors du terrain. Non seulement le match 6 s’est achevé sur un écart de 39 points, mais en plus les Californiens avaient subi un trajet retour mouvementé. Des fans pas très futés des Celtics avaient trouvé bon de secouer et de jeter des pierres sur le bus de leurs malheureux adversaires.

« C’était douloureux, expliquait Pau Gasol à Yahoo! Sport en début de semaine. C’est une sensation que je veux garder à l’esprit à chaque minute ou je suis en train de jouer contre eux. » « Il y a quelques (choisir l’insulte qui convient) à Boston, ajoute Kobe Bryant. Beaucoup de fans faisaient la fête. Ça a un peu dérapé.« 

Kobe en veut aux Celtics pour ce double affront et il joue peut-être actuellement le meilleur basket de sa carrière. Après s’être vengé des Suns, qui les avaient sorti en 2006 et 2007, le numéro 24 et ses Lakers ont-ils les moyens de se venger de Boston ? Sur le papier Oui.

En deux ans, les choses ont changé à Los Angeles. Lors des finales 2008, Vladimir Radmanovic faisait parti du cinq de départ des angelinos. Jeudi soir, c’est Ron Artest qui prendra sa place. Une sacrée différence sur le plan défensif. Autre ajout à l’effectif, Andrew Bynum qui, malgré un genou toujours gênant, devrait apporter un peu d’aide face aux brutes d’en face.

La revanche de Gasol
L’intensité sera la clé de ces finales. Malmené et étiqueté « soft » après sa performance d’il y a deux ans, Pau Gasol aura a cœur de laver l’affront et de montrer qu’en plus d’être un des intérieurs les plus doués du monde il est aussi un guerrier capable de répondre présent dans les moments chauds. Un vrai challenge pour lui et qui risque d’être décisif dans le sort de cette série. Avec Gasol, ce sont tous les intérieurs des Lakers qui devront répondre au challenge physique imposé par les Celtics.

L’autre grand duel de cette série aura lieu à l’aile. Paul Pierce, MVP des Finals 2008, devra cette fois composer avec Ron Artest. Une toute autre paire de manches. La défense, comme d’habitude, sera un des ingrédients du succès. A Boston, c’est une constante. A Los Angeles, c’est une variable. A Phil Jackson de faire en sorte que ses hommes resserrent les boulons au moins aux bons moments. Si c’est le cas, tous les espoirs sont permis.

Se venger des mauvaises langues et du mauvais sort
Qu’est ce qui sépare les Lakers du titre ? Seulement les Celtics. Mais c’est déjà beaucoup. Le cinq de départ des verts et blancs est le même que celui qui a remporté le trophée il y a deux saisons. Depuis, si Garnett a légèrement ralenti, Rajon Rondo a progressé de manière foudroyante et il devrait poser une foule de problèmes aux faibles meneurs adverses. Autre souci pour Kobe & co, la défense pot de colle de Boston. Une force capable de neutraliser n’importe quelle attaque et qu’il faudra manœuvrer avec précision. Atout supplémentaire dans la manche de Doc’ Rivers, un banc plus fournit que celui de son homologue, notamment à l’intérieur.

Enfin, si les Lakers auront l’esprit de revanche, les Celtics ont déjà prouvé tout au long de ces playoffs qu’ils ont la mentalité qui fait les grandes équipes, celles qui gagnent des titres contre vents et marée. Les verts se vengent depuis plusieurs semaines de tout ceux qui les avaient donné pour morts au début des playoffs. Les Celtics se vengent aussi du sort qui les a privé de Kevin Garnett et d’une chance de garder leur titre l’an passé.

Ces Finals s’annoncent sous les meilleurs auspices, peut-être même la meilleure opposition de fin de saison depuis bien longtemps. Deux équipes en quête de revanche. Deux équipes portées par une rivalité intense. Surtout, deux équipes très proches. Le spectacle et les moments forts devraient se succéder. S’il y a des shoots clutch à prendre, Kobe, Pierce, Fisher et Allen seront là. Une finale qui pourrait rentrer dans la légende.

Pronostic : Lakers en 6 (ou 7) matchs.

Laisser un commentaire