Finals – Game 5 : Boston éteint encore les Lakers et fait un pas vers le titre

(Long) Papiers.Conf est.Conf ouest.Non classé.Playoffs 14 juin 2010 | 0 Commentaire

Rien n’est jamais terminé mais avec leur victoire dans le match 5, les Celtics ont probablement fait un pas décisif vers le titre. Encore une fois, c’est à l’envie que la victoire s’est jouée.

Rajon Rondo est le spécialiste des actions symboliques. En finale de conférence, il était aller chercher une balle perdue entre les jambes de Jason Williams. Cette fois, c’est dans les airs que le meneur des Celtics a fait étalage de toute sa vista lorsqu’à un peu moins de 4 minutes de la fin il est aller réussir une claquette entre deux Lakers sur un tir manqué de Paul Pierce (27 pts à 12/21) pour donner 12 points d’avance à son équipe.

Los Angeles a encore une fois manqué d’agressivité, de détermination, de sang-froid et même de chance. Alors que les Californiens sont revenus à 5 points à une minute de la fin, les C’s dépassent les 24 secondes. Mais les arbitres estiment que le shoot de Ray Allen (12 pts à 5/10) a touché le cercle. La ralenti semble donner tort aux refs. Peu importe, balle aux blancs. Un tournant ? Pas vraiment. Les Lakers ont une chance de se refaire mais laissent échapper le rebond sur le shoot manqué qui suit et Boston obtient un entre-deux. Fisher réussit a battre Garnett sur le saut mais Artest, victime d’une faute sur le fastbreak, manque ses deux lancers. Les Celtics, eux, font le job. Ils réussissent une action exceptionnelle pour remonter le terrain en quelques passes et enfoncer le clou. Même pour faire faute, les Lakers mettent trop de temps. Les nerfs étaient bien plus solides du coté de Boston.

« Encore une fois ce soir ils ont eu tous les points accrochés, » ne pouvait que constater de nouveau Kobe Bryant après le match. « Ils ont joué avec plus de ténacité que nous. »

Kobe seul contre tous
L’histoire se répète. D’un coté, des Celtics unis et collectifs. De l’autre, Kobe Bryant (38 pts à 13/27). Cette fois, le Mamba était en jambe avec un début de troisième quart temps hallucinant ou il a marqué les 19 premiers points de son équipe. C’est fort. Mais si personne d’autre ne marque, ca ne sert pas à grand chose. Ça n’a pas échappé à Doc Rivers :

« J’ai juste essayé de dire aux joueurs que ça n’est que deux points à chaque fois qu’il marque, pas dix. C’est comme si quelqu’un d’autre marquait. Du moment qu’on continue à scorer comme on le fait tout va bien. »

Au talent individuel de Kobe, les C’s ont encore une fois répondu par le collectif, la défense et l’altruisme. Des fondamentaux qui leur ont permis de dominer de bout en bout. A la mi-temps, seuls les pertes de balles et quelques rebonds laissés à l’adversaire avaient empêché des Celtics beaucoup plus adroits (66% contre 33%) de prendre le large, la défense calamiteuse des Lakers laissant aux blancs tir facile après shoot ouvert.

Gasol porté disparu

Les stars des Celtics étaient au rendez-vous. Paul Pierce et Kevin Garnett (18 pts, 10 rbds) en tête. Pas celles des Lakers en dehors de Kobe. Pau Gasol (12 pts à 5/12 et 12 rds) a joué un nouvel acte de la menace fantôme. Limité par un KG aux genoux fragiles, il a même semblé moins bon que Bynum (6 pts, 1 rbd), pourtant, lui, sur un seul genou. Encore une fois, l’Espagnol a disparu dans un match capital.

Odom (8 pts, 8 rbds), Artest (7 pts à 2/9) et Fisher (9 pts à 2/9) n’ont été que moyens au mieux et le banc n’a encore une fois pas été à la hauteur à l’exception de Jordan Farmar qui mériterait peut-être plus de temps de jeu.

Les Lakers sont dos au mur. Pour la première fois de ces playoffs, ils sont menés dans une série. Le Staples Center est loin d’être la salle la plus chaude de la ligue et Boston a les moyens de venir y gagner. Les Celtics ont d’ailleurs peut-être réussit le plus dur dans cette série : gagner deux matchs de suite. C’est ce que les Lakers devront faire s’ils veulent garder leur couronne. Est ce que Kobe  y croit ? Lorsqu’on lui pose la question, il choisit l’ironie :

« Non, je ne suis pas très confiant du tout, » explique-t-il avec un grand sourire.

Confiance ou pas, Kobe et ses coéquipiers devront être plus déterminés que lors des deux derniers matchs s’ils veulent gagner les prochaines rencontres. Sinon, Boston fêtera son prochain titre dans quelques jours.

Laisser un commentaire