Stephon Marbury : comédie ou tragédie ? (MAJ : 28/07)

(Long) Papiers.Conf est.Insolite.Videos 27 juillet 2009 | 2 Commentaires

Stratégie de communication ou vraie sincérité ? Que fait vraiment Stephon Marbury depuis quelques jours ? Ce week end, le joueur a mis le web du basket en ébullition avec ses 24 heures d’antenne non-stop. Sur Twitter, les journalistes américains se sont amusés comme jamais. Pendant des heures, on a répertorié les perles balancées par Starbury. On a beaucoup rit. On s’est un peu moqué. Mais à la fin, on a un gout étrange. Est ce que finalement le spectacle était si drôle ?

Stephon Marbury n’est plus le joueur qu’il était. Promis a une carrière formidable à son arrivée dans la ligue, il s’est petit a petit enfoncé dans la médiocrité sans vraiment garder les pieds sur terre. Le « sommet de la chute », c’est en début de saison dernière, quand il est un joueur à 20 millions qui ne veut même plus entrer sur le terrain. Les Celtics l’ont sorti de l’ornière et il a pu montrer quelques petites choses… dans l’ombre de Rajon Rondo.

Aujourd’hui sans club (et sans beaucoup de propositions), le new-yorkais n’est plus un titulaire. Avec la réputation qu’il traine, il pourra déjà s’estimer heureux de signer pour le minimum. Ses dernières sorties sur le net ne l’ont surement pas aidé à se construire un avenir en NBA. Ce que cherchent les dirigeants (je suppose), c’est un joueur qui bosse. Pas un joueur qui passe son temps à dire tout et n’importe quoi au monde entier devant sa webcam.

Qu’a t-on vu ce week end ? Stephon Marbury qui mange. Stephon Marbury qui parle. Stephon Marbury qui se rase. Stephon Marbury qui donne des conseils de beauté… Stephon Marbury qui joue au basket ? Non.

Tout ça avais l’air sincère. Et ça l’était surement. Starbury semble avoir souffert de l’image qu’on a voulu donner de lui ces dernières années. Il se dit logiquement qu’on est jamais mieux servi que par soi-même et qu’il peut corriger les dégâts et allant parler directement aux fans. Pourquoi pas. Mais pas de cette manière.

La plupart des spectateurs ont assisté au show pour rigoler et relever des bons mots. Ils ont été servis. Mais Starbury, lui, était sincère. C’est là que le décalage est triste. Pendant 24 heures, il a été un clown malgré lui…

On pouvait être conquis par sa sincérité. Certains l’ont été. Mais on pouvais aussi être attristé de voir un joueur réduit à exposer sa vie et à partir dans des monologues sans queue ni tête. Parfois, on avais l’impression que Marbury courrais derrière sa gloire perdu. Qu’il tente tout ce qu’il peut pour qu’on l’aime de nouveau.

Ce que n’a pas compris Stephon Marbury, c’est que s’il veut reconquérir les fans de basket, il doit le faire sur le terrain. Il doit aller s’entrainer, courir, shooter et suer. Il doit accepter de signer pour le minimum et refaire ses preuves. Prendre un nouveau départ. Adopter une nouvelle attitude.

Et ça, il n’est visiblement pas prêt à le faire puisqu’après son show de 24 heures, il lance carrément sa web tv. Son loft à lui. Au moment ou ces mots sont tapés, on peut le regarder dormir. Des internautes connectés au chat commentent sa nuit. Triste spectacle tragi-comique de voyeurisme. Le basketteur qui est en Stephon Marbury dort de toute façon depuis très longtemps. Et impossible de savoir s’il se réveillera.

MISE A JOUR 28/07/09
Voilà ce qu’on pouvais voir sur « Marbury TV » cette nuit.

Dur de savoir ce qui se passe dans la tête de Starbury mais le spectacle devient très triste.

Tagged in ,

2 Commentaires sur “Stephon Marbury : comédie ou tragédie ? (MAJ : 28/07)”

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] l’inverse d’un Stephon Marbury qui a détruit ce qui lui restait de crédibilité grâce au web, Ron Artest a réussi à utiliser le net pour redorer son image. Ou plus simplement pour faire [...]

  2. [...] les fans de basket, la virée uStream de Moss peut faire penser, dans une moindre mesure, au pétage de plomb de Stephon Marbury en 2009. Recommander cet article Buzz it up Share via MySpace Share on netvibes Tumblr it Re-tweeter cet [...]

Laisser un commentaire