LeBron James adore qu’on le déteste ?

Conf est.Non classé.Polémiques 21 octobre 2010 | 1 Commentaire

Il se passe beaucoup de choses dans la tête de LeBron James depuis quelques mois. Et franchement, on commence à s’y perdre. Il y a encore une saison, le King était un des joueurs les plus aimés de la NBA. Il aimait qu’on l’aime, il voulait faire de son nom une marque qui génère des millions. Depuis « la décision, » tout a changé. LBJ a d’abord du subir la haine, justifiée ou non, qui a suivit son choix et surtout le décorum outrancier qui l’a accompagné. Maintenant, il aime cette haine et s’en nourrit. En tout cas c’est ce qu’il dit.

Ces derniers jours, James a utilisé son compte Twitter pour « re-twitter » les messages d’insultes qu’il a reçu, expliquant que c’était la journée des « haters » et qu’il allait leur offrir leurs deux minutes de gloire. Morceaux choisis.

Dans un interview accordée au magazine SLAM, le King de South Beach explique, dans le même registre, « qu’on (lui et ses coéquipiers) ne peut pas trop s’occuper de ce que les gens pensent de nous. » Quand, en rappelant la série contre Boston, on lui demande s’il n’a pas l’impression que quoi qu’il fasse il n’arrivera pas à rendre tout le monde heureux, il semble aussi avoir tiré des leçons plutôt tranchées : « Je pense que c’est une chose que j’ai appris cet été. C’est une chose sur laquelle vous ne pouvez pas baser votre vie ou votre carrière, essayer de rendre tout le monde heureux. »

Vraiment méchant ?
LeBron James veut donc donner l’image d’un nouvel homme. Mais derrière cette nouvelle mentalité, vit-il vraiment bien son rôle de méchant ? Impossible de le savoir sans cotoyer de près le bonhomme. Tout n’est donc que conjecture à partir de cette ligne. Mais s’il n’avait vraiment rien a faire des critiques, pourquoi prendrait il le temps d’y répondre encore et encore. Si ca ne le touchait pas, il n’en parlerait pas tout le temps. Si ca ne le touchait pas, il ignorerait tout simplement les messages d’insulte sur Twitter. Kobe est un des joueurs les plus détestés de la ligue. Il n’en a rien a faire et on le sait car il n’en parle quasiment jamais et qu’il n’auto-proclame pas des Lakers la « Team Dillinger » (référence de LeBron au film Public Enemies en parlant du Heat).

Étrangement, quand Erin Andrews, une journaliste US, envoi un message sur Twitter a James pour lui dire « je vais finalement vous voir en personne… ca devrait être un bon moment… j’espère que tu te sens bien ! « , le joueur du Heat répond « on a connu de meilleurs jours je dirais. » Qu’on l’aime ou pas, qu’il ait été bien conseillé ou qu’il soit vraiment égoïste, James a canalisé beaucoup de haine pour quelqu’un qui n’a toujours que 25 ans. Le rôle de méchant est dur à tenir. Il faut beaucoup de détachement. Le Roi ne semble pas encore en avoir suffisamment. Finalement, peut-être qu’il n’aime pas tant que ca être détesté.

Un commentaire sur “LeBron James adore qu’on le déteste ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] cette saison pourrait être géante pour LeBron et le Heat. Comme on s’en doutait l’an dernier, l’ancien Cav’ ne vivait pas bien le déchainement de haine qui a accompagné son [...]

Laisser un commentaire