Miami : Il va encore falloir attendre un peu

(Long) Papiers.Conf est.Non classé 27 octobre 2010 | 3 Commentaires

Les 72 victoires, ca ne sera pas pour cette année. Si les joueurs s’en doutaient probablement un peu, le reste du monde a pu se rendre compte la nuit dernière que le Heat a encore beaucoup de chemin a parcourir avant d’être la terreur annoncée. Dès les premières minutes du match, le contraste entre le collectif des Celtics et les individualités de Miami était évident. Saisissant même.

Pour gagner, avoir des grands joueurs ne suffit pas. Il faut qu’ils puissent jouer ensemble. En regardant la rencontre d’hier, on a parfois pu se demander comment LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh vont réussir à jouer ensemble tout en ayant chacun un rendement optimal. Au cours de la première mi-temps sans rythme des hommes de Spoelstra, les commentaires sur Twitter donnaient une bonne idée du spectacle.

« Les Celtics ont l’air d’avoir joué presque 300 matchs ensembles. Les Heat ont l’air d’avoir joué un match ensembles. Oh, attendez… » edthesportsfan
« Miami ressemble un peu à ces équipes des USA avec beaucoup de talent mais pas d’alchimie. On pouvait s’y attendre. » hoopshype

Même Michael Beasley avait un commentaire à faire sur son ancienne équipe.
« Miami n’a pas l’air bien man!! » RealMIkebeasley

En plus d’un manque de vécu commun, Boston a surtout su mettre en évidence les lacunes adverses. Car en dehors des trois superstars, Miami n’a rien, ou presque. Rajon Rondo s’est baladé et même Shaquille O’Neal avait l’air d’avoir dix ans de moins en première mi-temps. Normal, les floridiens n’avaient rien de sérieux à proposer sur les postes 1 et 5.

Il faut encore du temps
Les problèmes du Heat sont déjà connus ; la taille, le banc et la cohésion. Les deux premiers vont être très durs à régler et ca pourrait bien couter le titre au Mega Three cette année. Quand on voit ce qu’ont fait Shannon Brown (16 pts) à LA ou Glen Davis à Boston et la profondeur des deux derniers finalistes, c’est clair que les remplaçants de Miami ne font pas le poids. Petit retour sur Twitter ou on pouvait lire ce genre de choses :

« Quel départ difficile pour Miami. Peut-être qu’ils pourraient regardez vers le banc pour trouver de l’aide. Oh attendez… » hoopshype.

Pour la taille, Bosh va bien aider mais il n’est pas exactement ce qu’on appelle un guerrier. Et lorsqu’il aura des frontcourt aussi fournis que ceux de LA et Boston (encore eux), ca sera quasiment mission impossible.

Attention, le Heat ne sera pas aussi maladroit qu’hier (36,5%) tous les soirs. La progression va être notable, probablement rapide et dévastatrice. Cette défaite ne doit pas être inquiétante. Elle le serait si nous étions en mars. Il faut simplement du temps et du travail à cette équipe pour arriver au niveau attendu d’elle par le monde de la NBA. Dans quelques mois, le résultat sera bien plus impressionnant. L’attente de cet été pour voir à l’œuvre le nouveau Big Three a été longue. Hier, on a vu un tout petit peu du potentiel. Mais pour l’équipe dominatrice annoncée, il va encore falloir attendre un peu.

3 Commentaires sur “Miami : Il va encore falloir attendre un peu”

  1. Et si on parlait de moi ? non ok je sort :-)

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Three Amigos du titre de la conférence Est. Au début de la saison, les grognards du Massachussets avaient donné la leçon aux ambitieux de South Beach. Tout en puissance et en expérience. Depuis, la tendance s’est inversée. Boston a perdu un […]

  2. […] Octobre : Live from London ! Ron Artest : « Tiago Splitter ? C’est qui ? », Live from Paris ! Amare Stoudemire : « On a une chance de faire quelque chose de spécial », Michael Beasley : « Chronic » d’une renaissance ?, LeBron James adore qu’on le déteste ?, 66 prédictions pour la saison 2010-2011, Miami : Il va encore falloir attendre un peu. […]

Laisser un commentaire