Le Magic est complet et faible à la fois

(Long) Papiers.Conf est.Non classé.Polémiques 15 novembre 2010 | 1 Commentaire

En NFL, il y a une expression qui dit : si vous avez deux quarterbacks, c’est que vous n’avez pas de quarterback. En gros, mieux vaut un titulaire indiscutable et un remplaçant plus faible que deux joueurs du même niveau. Non seulement ca veut dire que votre groupe de départ est plus fort mais, en plus, le fait que chacun connaisse bien son rôle évite les prises de tête aussi bien pour les joueurs que les dirigeants. En NBA, l’illustration de cette maxime s’appelle le Magic d’Orlando. Stan Van Gundy dispose d’un effectif remplit de joueurs de bon niveau pouvant prétendre à un poste de titulaire mais aucun d’entre eux n’est vraiment au-dessus du lot.

Franchement, il n’y aurait pas de honte à voir Michael Pietrus prendre des minutes à Rashard Lewis et Vince Carter. Ryan Anderson pourrait aussi très bien jouer plus que Brandon Bass, comme c’était d’ailleurs le cas la saison dernière. Même chose avec Duhon et Jason Williams à la mène ou Marcin Gortat et JJ Redick qui pourraient prétendre à plus de minutes. Mais il faut bien faire des choix. Alors il y a des mécontents. Ces mécontents sont justement Pietrus et Anderson.

Trop de bons joueurs pas assez de très bons joueurs
Pour le moment, Van Gundy teste et teste encore. Il essaye de mettre untel dans le cinq, de donner d’autres minutes à un autre sur le banc, de faire une retouche ici et là. Ça n’est pas bon signe. Ces tergiversations prouvent qu’aucun des joueurs du 5 en dehors de Dwight Howard n’a vraiment la carrure pour aider cette équipe à aller loin.

A Los Angeles, Boston et dans toutes les grandes équipes qui ont gagné des titres, le cinq majeur ne bouge quasiment jamais. Il reste même souvent invariable d’une saison sur l’autre. Le Magic n’a quasiment pas opéré de transferts cet été. Pourquoi le coach en est il donc toujours à chercher son groupe de départ ? Parce qu’il dispose de talents à peu près égaux et que la responsabilité de choisir lequel de ces hommes doit s’imposer dans le 5 et compter sur la confiance de son coach pour progresser est lourde.

La responsabilité de dire à son boss, celui qui signe les chèques, qu’un Vince Carter surpayé et vieillissant et un Rashard Lewis surpayé (tout court) sont peut-être des options moins fiables qu’un Mike Pietrus ou un JJ Redick n’est sûrement pas agréable non plus. Mais c’est aussi pour ca que Van Gundy est payé. Il doit faire des choix. Donner sa confiance à des joueurs, en remettre d’autres à leur place et s’y tenir. A moins d’un trade qui permette au Magic d’échanger quelques uns de ses 34 joueurs moyens contre un ou deux au talent bien supérieurs, Van Gundy n’a pas le choix s’il veut espérer aller loin en playoffs. Et même avec de bonnes décisions du coach, le Magic aura de toute façon du mal à inquiéter Boston, Miami et Los Angeles qui disposent d’un cinq (et même d’un banc pour les Lakers et les Celtics) bien plus solide.

Vous souhaitez parier sur Boston, Los Angeles et Miami ? Beaucoup de bookmakers en France vous permettent de gagner de l’argent grâce aux paris sportifs. Il existe aussi d’autres façons d’en gagner comme les paris en ligne dans les casinos. Vous pouvez trouver les meilleurs sites répertoriés sur CasinosenligneFrancais.fr où vous pouvez vous divertir avec des jeux  populaires comme le Blackjack les machines à sous le poker ou la roulette.

Un commentaire sur “Le Magic est complet et faible à la fois”

  1. SVG n’a plus l’aura de 2008 auprès de ses joueurs et ça se ressent sur le terrain. Ils n’ont plus l’air d’être près à aller à la mort pour leur coach…

    A force de gueuler tout le temps, ils sont sûrement devenus hermétiques à ses cris désormais.

    Moi je vote pour un changement de coach ! Ils faut à ce superbe effectif un mec qui leur botte le cul sans pour autant crier tout le temps…

Laisser un commentaire