Houston Rockets : Génération eclopés

Non classé 12 juillet 2011 | 1 Commentaire

Ils devaient être les nouveaux Shaq et Kobe. Finalement, Yao Ming et Tracy McGrady n’auront jamais rapporté le moindre titre à Houston. Leur physique en a décidé autrement.

Eté 2004 : Après trois ans de règne du duo Shaq-Kobe, les Pistons viennent de soulever le trophée NBA. La guerre interne qui régnait depuis des années à Los Angeles va finir par faire des victimes. Bryant va enfin avoir la peau de O’Neal et de Phil Jackson. La dynastie Lakers est terminée.

Quelques jours plus tard, Tracy McGrady arrive à Houston dans un échange impliquant 7 joueurs. Au Texas, celui qui a enflammé le parquet d’Orlando pendant les trois saisons précédentes va retrouver Yao Ming pour former ce qui pourrait être le prochain duo dominant de la ligue.

T-Mac aussi fort que Kobe

A cette période, McGrady évolue parmi l’élite de la NBA. Meilleur scoreur des deux dernières saisons, le numéro 1 est par moment totalement inarrêtable. Yao, lui, est annoncé comme le prochain grand pivot des Rockets et a déjà montré de belles choses au cours de ses deux premières saisons.

Une saison…

Le rêve ne va en fait durer qu’une saison : 2004-2005, la première campagne commune de Yao et T-Mac. Cette année la, les deux joueurs ne connaissent pas encore les pépins physiques. Le pivot continue de progresser et l’arrière continue sur sa lancée. En décembre face aux Spurs, il plante 13 points dans les 40 dernières secondes pour arracher la victoire. Énorme !

Houston termine fort la saison mais échoue au premier tour des playoffs face aux Mavs’ après avoir pourtant mené la série 2 matchs à rien. Une déception qui ressemble alors à un rite de passage obligatoire vers le succès. Une sorte d’apprentissage. Les grandes équipes ne se sont pas faites en un jour.

… et c’est déjà la fin

Les Rockets du duo Yao-McGrady n’auront jamais le temps de devenir une grande équipe. En 2005-06, les blessures commencent à s’abattre sur le tandem qui ne peut disputer que 31 matchs ensemble. La campagne suivante est marquée par une fracture du genou qui prive le Chinois de 34 rencontres.

En 2008, le géant, dont le niveau de jeu est devenu excellent quand il est en mesure de jouer, est encore trahi par son physique lorsqu’une fracture de fatigue au pied gauche l’arrête en février. L’année suivante, Yao revient en forme mais cette fois c’est son coéquipier qui achève sa saison sur une table d’opération avant le All-Star Game.

Ming porte son équipe jusqu’aux playoffs 2009 mais lui aussi doit jeter l’éponge au milieu du second tour alors que son équipe accrochait les Lakers. Ironie du sort, c’est face à cette équipe à laquelle il devaient succéder et qui a finalement retrouvé les sommets avant eux que les Rockets version Yao ont trébuché une dernière fois. Non, décidément, ça ne voulait pas.

Rendez vous raté avec l’histoire

L’ère du duo Ming-McGrady s’est terminée sans avoir vraiment commencée. Toujours pas remis de la fracture du pied découverte contre les Lakers, le pivot n’a pas posé le pied sur les parquets en 2009-2010. Pendant ce temps, McGrady se débattait toujours entre blessures et brouilles avec son staff avant d’être envoyé à New York. Le page de ce duo a été définitivement tournée avec l’annonce de la retraite de Yao il y à quelques jours.

Après les années Olajuwon, celle qui était annoncée comme la relève dorée est devenue la génération éclopée. Yao et McGrady ne laisseront pas de titres derrière. Peut-être même pas d’entrée au Hall of Fame puisqu’ils n’ont jamais atteint le graal et, dans le cas du Chinois, toute l’étendue de leur potentiel. Il ne restera que des regrets et des suppositions sur ce qui aurait pu se passer. Foutues blessures…

Un commentaire sur “Houston Rockets : Génération eclopés”

  1. Alex dit :

    je m’en rappel de ce match, quel fin de match de fous !!!

Laisser un commentaire