La fin approche pour Kobe

(Long) Papiers.Conf ouest.Non classé.Transferts 9 février 2011 | 2 Commentaires

Au début de la semaine, à 33 ans, Kobe Bryant a dépassé Michael Jordan au nombre de matchs joués en NBA. Son compteur affiche désormais 1073 et il va continuer à tourner pendant encore quelques temps. Jusqu’à quand ? C’est une question qui n’a pas vraiment de réponse mais qui se pose de plus en plus.

A 33 ans, comme beaucoup de joueurs sortis de High School pour entrer directement en NBA, Kobe Bryant est un jeune vieux. Il n’a plus de cartilage dans le genou droit et ne peux en conséquence plus s’entrainer normalement… quand il peux encore s’entrainer. Son index de la main droite est arthritique définitivement. La star est proche de la fin de carrière. Peut-être plus qu’il ne veut l’admettre puisqu’il expliquait il y à quelques temps vouloir continuer à jouer après 2014, l’année qui marque la fin de son contrat actuel.

En 1996, Jerry West a su voir le potentiel de Kobe. En 2011, le logo est peut-être encore la voix de la raison : « Je ne pense pas que les Lakers vont être bons pour encore longtemps, avait-t-il expliqué en janvier. Vous pouvez continuer à faire rouler une voiture longtemps en changeant les pneus, etc. Vous ne pouvez pas changer les pneus d’un joueur. »

Les pneus de Kobe sont très usés. Et il ne fait pas grand chose pour les économiser. Contrairement à Tim Duncan ou Kevin Garnett, le Black Mamba ne sait pas se mettre en retrait de ses coéquipiers. En 2009-2010, il prenait plus de tirs par match (21,5) que la saison précédente (20,9). Depuis le début de cette année, cette moyenne est descendue à 19,5 mais il joue 5 minutes de moins par soirée. Son rythme exigeant physiquement reste donc sensiblement le même. La aussi, son égo y est pour quelque chose. Pour rallonger sa carrière, il va falloir changer d’état d’esprit. Mais en est il seulement capable ?

La retraite cette année ?

Et si tout se terminait sur un titre en juin ? Avec un shoot décisif dans le dernier match pour faire bonne mesure. Une sortie au sommet, c’est toujours magnifique. Que les fans de Kobe se rassurent, ca n’arrivera pas. Le bonhomme aime trop jouer et se faire mal pour s’arrêter avant d’être sûr qu’il n’y a plus rien à tirer de son genou. Dans sa bataille impossible à gagner de la comparaison avec le numéro 23, il veut aussi dépasser le nombre de titres de Jordan.

Mais encore une fois, combien de temps peut-il encore tenir avec une articulation qui ne lui permet même pas de s’entrainer ? Pour le moment, il connait parfaitement le système de Phil Jackson. Mais l’an prochain, lorsqu’il faudra s’habituer avec ses coéquipiers aux systèmes d’un nouveau coach ? Kobe souffre de blessures qui ne se soignent plus. Ça n’ira qu’en empirant.

Melo à LA ? Ça se défend

Depuis mardi, on parle des Lakers dans les discussions (interminables) autour de Carmelo Anthony. Tout cela ne ressemble qu’à un coup des Nuggets pour sauver les meubles et tenter de mettre un peu de pression sur les Knicks. Cela permet aussi aux Lakers d’essayer de remuer un peu les troupes. Ça ne devrait pas aller plus loin que ça. Pourtant, l’échange aurait du sens sur un plan : le long terme. Cette saison, LA n’a pas besoin de Melo pour jouer le titre. Ensuite ? Ça se discute.

Andrew Bynum a beau être un projet qui tient à cœur de l’équipe, il n’en reste pas moins un joueur incapable de rester un bonne santé. L’envoyer voir ailleurs en échange d’un joueur de qualité avant qu’il ne soit totalement cassé est une idée qui se défend. Surtout, Jerry Buss est un businessman. Il sait que pour vendre des billets, il faut des stats flashys. C’est entre autres raisons pour ca qu’en 2004 il a gardé Kobe plutôt que Shaq. Avec LeBron et Wade déjà pris, Anthony serait une bonne option pour maintenir les people dans les sièges du Staple Center de l’après-numéro 24. Même si les rumeurs de la venue d’Anthony à LA resteront des rumeurs, leur existence prouve quand même que Buss pense déjà un peu à la vie sans Kobe.

Le temps de Bryant sur un parquet est compté. Une génération entière n’a connu la NBA qu’avec lui. Comme Jerry Buss, il va falloir commencer à imaginer la vie autrement.

2 Commentaires sur “La fin approche pour Kobe”

  1. C’est plein de sens tout ça ! Bravo pour cette réflexion. J’suis fan de Kobe depuis longtemps, et même si ça me fait mal, tu as entièrement raison, la situation peut devenir problématique pour les Lakers.
    Je me demande vraiment s’il va pousser aussi loin que tu le penses en revanche…Plus que d’autres stars, il n’acceptera JAMAIS de ne plus être le franchise player de son équipe, alors peut-être sa retraite interviendra-t’elle quand il verra qu’il n’est plus le n°1.
    Bon, il est quand même toujours au top, plus ou moins, donc j’ai encore du mal à me l’imaginer…

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] cette année, Kobe a construit son histoire. La saison passée, on croyait qu’il allait commencer à décliner et entrer doucement dans la légende du basket. Et puis non. Avec des genoux enfin libérés de la […]

Laisser un commentaire