Trade deadline : Le jour ou les Celtics ont perdu le titre ?

(Long) Papiers.Conf est.Non classé.Transferts 25 février 2011 | 6 Commentaires

Dans la continuité d’une année folle en terme de transferts, la trade dealine a été agitée. Au milieu des retouches de mi-saison, les Celtics ont crée l’évènement en envoyant Kendrick Perkins à Oklahoma City. Un move qui réduit leurs chances face à Miami et aux Lakers.

Si les genoux de Brandon Roy étaient encore en état de marche, l’arrivée de Gerald Wallace à Portland aurait pu être l’évènement de jeudi. Au lieu de ça, c’est le transfert du seul « non All-Star » du 5 majeur des Celtics qui est au cœur de tous les débats. Kendrick Perkins et Nate Robinson envoyés au Thunder pour Nenad Kristic et Jeff Green. Shocking !

L’avantage des Celtics face au Heat, c’était jusque là d’aligner une raquette dense, grande et rugueuse. Des qualités dont Perkins était le symbole. Des qualités qui ne sont pas celles de Kristic. Avec Perk’, les verts étaient capables de faire la loi sous le cercle et de jouer dur, méchamment (en bien), façon Bad Boys. C’est aussi ca qui leur permettait de rivaliser avec les Lakers. En laissant partir son pivot, Boston a réduit son plus gros avantage sur ses adversaires directs. Après la défaite de juin dernier, l’excuse/défense de Doc Rivers était d’ailleurs de clamer que son équipe n’a jamais perdu face aux Lakers lorsqu’elle est était au complet, comprenez avec Perkins.

Pas d’excuses

Si Rivers reconnaissait lui-même que Perkins est essentiel au succès des Celtes, pourquoi l’envoyer voir ailleurs ? La peur de le voir partir cet été sans compensation ? Pas valable. Vu l’âge des cadres, cette équipe joue pour gagner maintenant, il n’y a pas à se soucier de la suite. Au pire, il existe toujours la possibilité de monter un sign-and-trade. Et en parlant d’avenir… Perkins a 26 ans. Il était un des plus jeunes joueurs de l’effectif.

Sans rien avoir contre Green et Kristic, ils ne sont pas les guerriers capables de faire le sale boulot façon Kendrick Perkins. Le genre de joueurs essentiels pour gagner un titre. Aujourd’hui, après le trade, Boston dispose de la rotation suivante au poste de pivot : un Shaquille O’Neal en porcelaine, un Jermaine O’Neal qui tient à peine debout et un Nenad Kristic à 4,4 rebonds et 22 minutes par matchs. On pourrait inclure Glen Davis pour sauver les meubles. Oui, il faut attendre de voir quels joueurs profiteront de leur buyout pour rejoindre le Masschussets. Mais Troy Murphy n’est pas non plus l’intérieur dur qu’est Perkins. Qui va aller s’attaquer à Dwight Howard, Joakim Noah, Andrew Bynum et Pau Gasol comme le faisait le numéro 43 ?

La boucle est bouclée pour Jeff Green

A l’attaque de la fin de saison, les Celtics avaient besoin d’un remplaçant correct pour laisser respirer Paul Pierce et Ray Allen. Avec Green, ils l’ont. Mais n’y avait-t-il pas un moyen d’arriver à trouver ce remplaçant sans fragiliser les atouts d’intensité, de taille et de défense de l’équipe ? Semih Erden, Luke Harangody et Marquis Daniels, tous échangés contre rien, n’auraient-t-ils pas pu servir à obtenir un poste 3 décent ? Bizarre.

Il n’y a pas de mystère. Boston est meilleur avec Perkins. Son départ pourrait coûter le titre à l’équipe. Ça n’est sûrement pas un hasard que certains joueurs de l’effectif aient déjà fait part de leur mécontentement au sujet du transfert de leur pivot. Ils savent ce qu’ils perdent. Ils savent ce que le Thunder gagne. Avec l’arrivée de Perk’, qui jouera avec Serge Ibaka dans la peinture, l’équipe de Kevin Durant dispose enfin d’une raquette solide et capable de porter l’équipe plus loin en playoffs.

Pour Jeff Green, la boucle est bouclée. En 2007, il aurait pu rejoindre les Celtics lorsqu’il a été choisi en 5e position de la Draft par l’équipe au trèfle. Au lieu de ca, il avait été envoyé à Seattle (futur Thunder) en échange de Ray Allen. Voilà les deux joueurs réunis. Malheureusement, ca ne sera peut-être pas pour le meilleur.

6 Commentaires sur “Trade deadline : Le jour ou les Celtics ont perdu le titre ?”

  1. Fra dit :

    J’ai pensé EXACTEMENT la même chose que ce que tu as mis dans ton titre. Wait and see.

  2. Fra dit :

    Même si Perkins est évidemment la plus grosse perte pour les Celtics, Nate peut faire basculer un match et parait être un bon co-équipier. C’est le seul Celtic que j’aime bien avec Rondo, respect à Pierce, admiration pour le shoot de Ray… Non, rien pour Garnett.

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Fabrice Auclert et DjiaThink!, Alain Mattei. Alain Mattei a dit: Trade deadline : Le jour ou les Celtics ont perdu le titre ? http://t.co/9e7Am7o […]

  2. […] South Beach. Tout en puissance et en expérience. Depuis, la tendance s’est inversée. Boston a perdu un peu de son âme et de sa force d’intimidation avec le départ de Kendrick Perkins et Miami a pris le dessus en utilisant les armes favorites de son adversaire : l’intensité […]

  3. […] pas une nouveauté, les Celtics ont dit adieu à leurs espoirs de titre l’an dernier en même temps qu’ils ont dit adieux à la grande carcasse de Kendrick Perkins. Le soucis de faire des économies et l’étrange fantasme que Shaquille et Jermaine […]

Laisser un commentaire