Les Nets ont gagné, Deron Williams a souri !

A Londres.Basket Blog.Conf est.NBA Europe Games.Non classé 5 mars 2011 | 0 Commentaire

L’histoire a été écrite deux fois vendredi à l’O2 Arena. La grande avec la victoire des Nets sur les Raptors (116-103) dans le premier match de saison régulière joué en Europe. La petite avec un sourire de Deron Williams.

Le miracle a eu lieu a un petit peu moins d’une minute de la fin de la rencontre. Quelques secondes après avoir planté un trois point scellant définitivement la victoire de son équipe, assis sur le banc, Deron Williams a fait quelque chose qu’il n’a pas fait souvent ces derniers jours : un sourire. Un instant rare. Et bref. Car les choses sont vite rentrées « dans l’ordre ». Dans les vestiaires, les yeux de D-Will étaient dans le vague autant que ses poignets étaient dans la glace. Dans les vestiaires, il n’a pas répondu aux journalistes car il allait le faire en conférence de presse. Il n’avait également pas envie de répondre aux mêmes « stupides » questions a-t-il aussi marmonné à un membre du staff pendant que les médias étaient amassés autour de Brook Lopez.

Attention, l’idée ici n’est pas d’accabler le néo-Nets. Il n’a en effet pas eu beaucoup de raisons de sourire ces derniers temps. En plus de son transfert vers une équipe en reconstruction, il a du encaisser des dizaines d’heure de vol, des douleurs dans les deux poignets et la douleur morale mais tout aussi gênante d’être éloigné de sa femme alors qu’elle est proche d’accoucher de son quatrième enfant. Pas évident de sourire dans ces conditions qui ne permettent pas de savoir si le Deron Williams que l’on voit ces derniers jours est vraiment dans son assiette. Impossible de savoir s’il serait plus abordable dans des temps plus calmes. Sa joie légitime en fin de match était peut-être un vrai bref instant de soulagement au milieu d’une passe difficile.

Il faut supporter les Nets !

Coté terrain, le public Londonien a eu droit à une vraie belle surprise : un match NBA avec tout ce qu’il faut dedans. Il y à eu des dunks, des tirs primés, des crossovers, des chevilles cassées, des passes laser et même un accrochage physique musclé entre Brook Lopez et Amir Johnson. En terme de qualité de jeu, les deux équipes ont proposé un beau spectacle et un match solide ou elles ont évolué à un niveau supérieur à ce qu’indique leur bilan victoire-défaite à l’heure actuelle. En clair, et malgré ce que l’affiche pouvait laisser craindre, c’était une très bonne soirée pour l’image de la ligue de ce côté de l’Atlantique.

Les Nets peuvent se satisfaire d’avoir vu Deron Williams continuer son intégration et faciliter la vie de ses partenaires. Le banc a aussi apporté beaucoup. Dans l’ombre, Kris Humphries a également abattu un énorme boulot – et prouvé qu’il n’est pas que M. Kim Kardashian – avec 18 points, 17 rebonds et 4 blocks. Après le match, devant son vestiaire, je lui ai parlé de l’ambiance de la salle et des sifflets qui ont plus souvent accompagné les Nets que les Raptors alors que ces matchs son pourtant considérés comme des rencontres à domicile pour New Jersey. Kris Humphries m’a alors donné un message à faire passer : « Je pensais qu’on était l’équipe évoluant à domicile ? Que s’est-t-il passé ? Tu doit écrire ça sur (il prend mon badge d’accréditation et regarde le nom du site) Basketblog qu’ils doivent nous supporter pour le prochain match demain. » Je lui ai répondu que je le ferais. Chose promise, chose due.

Laisser un commentaire