Basket Blog Awards 2011

Awards.Basket Blog.Conf est.Conf ouest.Humour.Non classé.Polémiques.Pub.Transferts 13 avril 2011 | 0 Commentaire

La saison régulière se termine ce soir. Il est donc temps, pour la deuxième année consécutive, de remettre les Basket Blog awards. Comme l’an passé, les catégories sont à géométrie variable. Ouverture des enveloppes s’il vous plaît !

Award de l’équipe qu’on attendait plus là : Philadelphia 76ers
Après leur début de saison catastrophique, on les attendait encore moins. Finalement, et malgré la (relative) déception Evan Turner, les Sixers seront en playoffs. Bravo Doug Collins. Au passage, on a même retrouvé Elton Brand.

Prix de l’équipe déprimante : Detroit Pistons
Comme si le mode reconstruction et les mauvais contrats n’étaient pas suffisamment triste, il fallait un Tracy McGrady en fin de parcours et des engueulades constantes entre les joueurs et leur coach. Il est bien loin le temps des finales de conférence et du titre de 2004.

Prix du joueur dont on croyait au début de la saison qu’il était un super 6e homme alors que tout le monde avait oublié que ca fait deux ans qu’il s’essouflait : Mike Miller
Sans qu’on comprenne trop pourquoi, Mike Miller était considéré comme une signature clé pour le Heat. Sauf que les deux dernières années avaient été les plus faibles de Miller en terme de scoring depuis son arrivée dans la ligue. Au final, il n’apporte pas grand chose. Le Heat a même un temps pensé à le transférer. Pat Riley pourrait regretter le contrat de 5 ans qu’il a fait signer à Miller.

Award du trade qui a flingué son équipe : Danny Ainge envoie Kendrick Perkins au Thunder
Imaginons ce qui c’est passé dans la tête de Danny Ainge en février : « Tiens, notre équipe est vieille, les Lakers sont blindés à l’intérieur, le Heat est faible à l’intérieur et nos pivots sont « les restes de Jermaine O’Neal », Shaquille O’Neal et Kendrick Perkins. Si on transférait le plus jeune des trois ? » En fait, non. Il n’a pas pensé ca. Sinon il n’aurait pas appuyé sur la gâchette.

Award « il nous mangera tous » du GM trop futé : Sam Presti
Imaginons ce qui c’est passé dans la tête de Sam Presti en février : « Tiens, c’est la trade deadline, appelons mes collègues pour voir quelle bétise je peux les entraîner à faire. Allô ? Danny Ainge ? Tu veut te débarrasser d’un pivot défensif ? Je prends. Merci. »

Award de l’égocentrique, égo-maniaque, arrogant, agaçant, grand méchant : LeBron James
Pour l’ensemble de son œuvre. De la décision à l’absence lors de la présentation des équipes à Cleveland.

Award du joueur qui voulait être transféré mais seulement ou il veut, avec qui il veut, dans les conditions qu’il veut et avec un vol vers New-York dans l’après midi parce qu’il a pas envie de se lever tôt : Carmelo Anthony
On ne va pas rappeler toute l’histoire, on en a assez eu.

Award du joueur sympa, que tout le monde aime bien, qui fait des stats mais qui, au final, perd quand même : Kevin Love
Franchement, même en interview, Kevin Love est cool. Mais en dehors de ses stats monstrueuses, il ne semble pas rendre les autres meilleurs. Pas encore en tout cas. Et Minnesota perd. Beaucoup. Pour les victoires, Love attendra probablement de signer ailleurs dans quelques années. On ne lui en veut pas. Parce qu’il est sympa.

Award de la désintégration en plein vol : Le Jazz d’Utah
Jerry Sloan était accroché à son siège depuis 342 ans. Il est parti. Deron Williams l’a suivi quelques semaines plus tard. Résultat : pas de playoffs et une reconstruction qui commence.

Award de l’équipe enfin revenue de l’enfer : New York Knicks
En-fin ! En une saison, les Knicks sont passé du statut de blague à celui d’équipe qualifiée pour les playoffs. Surtout, il y a de quoi construire avec Melo et Amare.

Award « Greg Oden » du colosse au pied d’argiles : Yao Ming
La grande question est : Pourra-t-il revenir ?

Award de l’injustice réparée de l’année : Dennis Rodman est au Hall of Fame !
Yeah baby !

Award déprimant du super joueur qui n’aura jamais de titre : Steve Nash
Après le départ de Stoudemire, Nash n’avait plus que le foot pour se consoler.

Award « Boston Celtics 2010 » de l’équipe qui s’en fout de la saison régulière : Los Angeles Lakers
Vous savez, les Lakers ont déjà gagné deux titres. Alors la saison régulière, hein ? On a du mal à se concentrer. Vivement les playoffs.

Award de la pub de l’année : Lamar Odom et Chloé Kardashian pour Unbreakable
Si avec cette pub pour leur nouvelle fragrance vous n’achetez pas ce parfum.

Award « ballon synthétique » de l’innovation technique du futur qui fait flop : le maillot moulant All-Star d’Adidas
Un seul joueur (Howard ou Rose) a testé ce maillot et seulement pendant une mi-temps. Pas un gros succès. En l’essayant dans les vestiaires, Ray Allen a au moins eu le mérite d’amuser la galerie en expliquant notamment qu’il avait l’impression que le maillot avait rétrécit au lavage.

Award du sneakerhead de l’année : Gilbert Arenas
Sur le terrain, Arenas, ca n’est plus ce que c’était. Mais question sneakers, le joueur du Magic a signé une saison exceptionnelle.

Award des fans qui ont eu une bonne équipe mais qui ne savent pas comment l’encourager : les supporters du Heat
Un mode d’emploi ?! Sérieusement ? Sérieusement.

Award « Isiah Thomas » du perché de l’année : Isiah Thomas
Même loin de la NBA, l’ancien GM des Knicks trouve toujours un moyen de se faire remarquer. Et c’est pour ca qu’on l’aime tant.

Laisser un commentaire