Chris Paul toujours numéro un

(Long) Papiers.Conf ouest.Non classé.Playoffs.Videos 18 avril 2011 | 0 Commentaire

Pendant que la hype entourait – à juste titre – la saison de Derrick Rose, Chris Paul avait presque réussi à se faire oublier. Dimanche soir, il a rappelé face aux Lakers qu’il est toujours le meilleur meneur de la ligue.

Ex-cep-tio-nel ! Il n’y a pas 150 mots pour décrire le premier week-end des playoffs. Les 16 équipes engagées ont offert un spectacle de quasiment tous les instants. Au milieu de ces sensations fortes, Chris Paul est sorti du lot en donnant une lecon de basket aux champions en titre.

Chris Paul, pourtant, on en parlait plus trop. Il faut dire qu’il y avait un climat étrange cette saison à la Nouvelle Orléans. Le rachat de l’équipe par la ligue, une saison en montagne russes, des stats en baisse (-7 pts et -1,2 passe en 2 ans) et surtout un CP3 dont on ne savait pas vraiment si sa tête était toujours en Louisiane. New York, New York ? Finalement, pas encore.

Le meilleur pur meneur de la ligue

« La performance de Chris Paul aujourd’hui devrait être gravée sur DVD et montrée dans les camps de basket pour le reste de l’éternité. » Voilà comment le journaliste d’ESPN Bill Simmons a résumé l’humiliation qu’a fait subir le meneur des Hornets aux Lakers. Et il a raison. CP3 a montré aux Lakers – et à Kobe – comment dominer un match à la fois en passant et en scorant. En véritable métronome, il a fait tourner son équipe, facilité le jeu de ses coéquipiers, pris ses responsabilités dans les moments chauds et rentré des tirs décisifs.

Bilan final : 33 points à 11/18 dont 2/3 à 3pts, 14 passes, 7 rebonds et 4 interceptions. Le tout sans donner l’impression de forcer. Car c’est bien sur l’impression visuelle que Paul impose sa classe. Jamais on a l’impression que le numéro 3 ne prend des camions de shoot, pourtant, il passe la barre des 30 unités. Jamais il n’a l’air de forcer. C’est fluide et c’est juste du beau basket à regarder. Admirez plutôt…

New York peut rêver de Paul

Derrick Rose sera le MVP de la saison. Il est un meilleur pur scoreur que Paul et est aussi un grand leader. Mais en terme de vision du jeu et de distribution, l’homme de la Nouvelle Orleans reste un niveau au dessus. Le meilleur pur meneur de la ligue, c’est lui.

Chris Paul devrait ridiculiser Derek Fisher pendant encore quelques matchs mais les Hornets risquent quand même de ne pas faire le poids sur une série complète face aux Lakers. Il restera ensuite une saison à son contrat. La suite ? New York rêve de mettre la main sur CP3. Pas impossible puisque le joueur en a déjà manifesté l’envie.

Avec des coéquipiers comme Stoudemire et Anthony à mettre en valeur, Paul pourrait alors distribuer 44 passes décisives (OK, 15) par match. Et les Knicks s’approcheraient encore un peu plus des sommets. On en est pas là. Aujourd’hui, Chris Paul a encore quelques matchs de playoffs à disputer. Profitons en et apprécions le spectacle.

Laisser un commentaire