Miami : Where « tribunes vides en playoffs » happens

Conf est.Non classé.Photos.Playoffs 4 mai 2011 | 2 Commentaires

Vous vous rappelez du mode d’emploi distribué aux fans du Heat ? Visiblement, certains n’ont pas eu le message ou n’ont pas lu la première ligne. Celle qui disait « Être un bon fan, c’est être dans son siège pour le coup d’envoi… et y rester jusqu’au buzzer final. »

La photo en haut de ce post (cliquez sur les images pour les agrandir) est une capture d’écran quelques secondes après le coup d’envoi du match 2 remporté par Miami la nuit dernière contre Boston. Voilà à quoi ressemblaient les tribunes au milieu du premier quart-temps :

Et jusqu’au buzzer final ? Pas vraiment… Admirez le premier rang immaculé alors que Rajon Rondo avait l’occasion de ramener son équipe à 11 points à 2mn34 de la fin…

Attention, je n’ai rien contre les habitants de Miami mais mince (fichtre !), ce sont les playoffs ! C’est Boston ! Si vous n’êtes pas dans vos sièges au coup d’envoi pour cette série, quand est ce que vous le serez ? Le contraste entre ces images et la ferveur qu’on a pu observer ces dernières semaines à Portland, Oklahoma City ou Chicago est saisissant.

Le Heat est parti pour faire quelque chose de très gros et probablement pour aller jouer les finales. A ce moment là, essayez quand même de remplir la salle pour le coup d’envoi ! Ou alors, pour assurer l’ambiance, donnez ces sièges blancs hors de prix au bord du terrain a des enfants ou des fans qui ont probablement très envie d’être là, qui rêvent devant ses chaises vides, mais qui ne peuvent pas se les offrir.

2 Commentaires sur “Miami : Where « tribunes vides en playoffs » happens”

  1. ... dit :

    Ils ont au moins eut la bonne idée de donner au publique des T-Shirt de la même couleur que les sièges… A la télé on a pas l’impression que les premiers rangs sont si vide que ça^^

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] une couche en haranguant la foule avant même le coup d’envoi. C’est clair, à Dallas, on ne laisse pas de chaises vides au bord du terrain. Les locaux aiment leur équipe et ils le font […]

Laisser un commentaire