Livres – 2004 : L’autre dernière saison de Phil Jackson

Conf ouest.Livres.Non classé.Old School 15 mai 2011 | 1 Commentaire

Phil Jackson est parti. Encore. Car ça n’est pas la première fois que le légendaire coach tire sa révérence. En 2004, il avait même écrit un livre relatant ce qu’il pensait alors être sa dernière campagne. Le titre « La dernière saison – Une équipe à la recherche de son âme » était très à propos pour des Lakers rythmés par le conflit Shaq-Kobe et qui tentaient d’intégrer Karl Malone et Gary Payton. Chronique à retardement de ce bouquin passionnant.

Kobe Bryant était touchant dimanche soir dernier lorsqu’il évoquait le retraite de Phil Jackson. «C’est dur de parler de son départ, a expliqué la star au L.A. TimesJ’ai grandi avec lui. Il m’a appris beaucoup, dans le basket et en dehors. C’est bizarre d’imaginer la saison prochaine sans lui.» C’est beau. Mais ça n’a pas toujours été comme ça. Loin de là.

En 2004, Kobe et le Zen Master étaient loin d’être sur la même longueur d’onde. Remettons les choses dans le contexte : en 2004, Kobe est un joueur de 25 ans plein de talent et d’arrogance, un franchise player en devenir qui vit dans l’ombre du Shaq depuis toujours et qui est free agent à la fin de la saison. Il vit aussi dans l’attente d’un procès suite à des accusations de viol. Et avec Jackson, le courant ne passe pas. Cet état de conflit permanent est le fil rouge du livre.

Tout ce que vous imaginiez sur Kobe en 2004 ? L’arrogance, l’attitude de diva mais aussi la rage de vaincre ? C’était un peu vrai. Et Jackson illustre.

« Tu ne peux pas faire cette passe« , ai-je dit à Kobe lorsqu’il est sorti du terrain au temps-mort suivant. « Et bien tu ferais mieux d’apprendre à ces motherfuckers comme exécuter l’attaque« , a-t-il répondu.

[...] Nous avions accepté de couvrir un pourcentage de ses dépenses pour l’avion privé vers et depuis le Colorado pour ses audiences au tribunal. Ca va couter des milliers de dollars. Kobe était mécontent du type d’avion qui a été choisi, il en voulait un de plus haut standing. Il devrait s’estimer heureux de ne pas payer la facture lui-même.

Vitti (ndlr : le préparateur physique) nous a dit que Kobe a menacé de ne pas exercer la dernière année de son contrat, expliquant « je vais emmener Slava avec moi. » Slava ? Etait-ce une indication que Kobe était totalement déconnecté de la réalité ? (ndlr : pour les plus jeunes, Slava Medvedenko).

Et l’attitude de Bryant n’a pas fait qu’exaspérer le coach. Elle l’a poussé à souhaiter envoyer la star voir ailleurs.

Je suis monté voir Mitch (ndlr : Kupchack, le GM) dans son bureau. Sans perdre de temps, je suis parti dans une tirade sur le besoin d’échanger Kobe avant la date limite des transferts à la mi-février. « Je ne coacherai pas cette équipe l’an prochain s’il est toujours ici, » ai-je dit. « Il ne veut écouter personne. J’en ai eu assez avec ce gamin.« 

Jackson ne manque pas de louer à plusieurs reprises les qualités de joueurs de Kobe. Et, malgré une fin de saison plus calme suite à une réunion de mise au point en février, l’entente n’était clairement pas là. Et dans sa bataille contre les anciens, c’est le jeune arrière qui a gagné. Lors de son entretien de fin de saison, il n’avait d’ailleurs pas caché ses intentions.

« Est ce que la présence de Shaq dans cette équipe va influer sur ta décision de revenir ou pas ? » lui-ai-je demandé. « Oui. » [...] J’ai fait ca pendant 8 ans avec lui mais j’en ai marre d’être le second. »

Shaq est parti. Jackson aussi.

Le gentil Big Shaq Daddy


Tout ce que vous imaginiez sur Shaquille O’Neal ? Ce grand bonhomme sympa et rigolo ? C’était un peu vrai. Dans son bouquin, Jackson laisse apparaitre une vrai affection pour Shaquille O’Neal.

Demandez à Shaq de faire quelque chose et il va dire : « Non, je ne veux pas faire ça. » Mais après un peu de persévérance, il va le faire. Demandez à Kobe et il va dire « okay« , et ensuite il fera ce qu’il veux.

La complicité entre O’Neal et Jackson semble forte. A la fin de la saison, après l’échec en finale contre les Pistons, les deux hommes se retrouvent autour d’un verre pour ce qui ressemble à une réunion de ceux qui savent qu’ils sont désormais indésirables.

« Je voulais juste te voir, a dit Shaq. Avant que tout ça ne soit détruit. On a eu une belle histoire. » [...] Shaq et moi avons rapidement commencé à nous dire au-revoir mais je suis sûr que lui et moi resterons en contact pour le reste de notre vie.

Forcément, le Shaq n’oublie jamais d’être drôle.

Dans un environnement qui devient souvent trop sérieux, Shaq m’a toujours fait rire. Lorsqu’on a quitté l’hôtel, Shaq s’est tourné vers le maître d’hotel : « Cette réunion n’a jamais eu lieu« , lui-a-t-il dit.

« Est ce que je coacherais à nouveau un jour ? »

Bien-sûr, The Last Season ne parle pas que de Shaq et Kobe. Le livre offre une excellente plongée dans la saison des Lakers 2004. Les problèmes d’adaptations de Gary Payton, les blessures de Karl Malone et la défaite en finale contre les Pistons, Jackson n’élude aucun sujet et ne laisse jamais son franc parler au placard. Il parle aussi de ses techniques pour motiver les joueurs dont font parti notamment la méditation et l’insertion d’extraits de films célèbres au milieu des vidéos des matchs à étudier. Quelques anecdotes sont aussi plutôt originales comme le moment ou, alors que l’équipe est débordée par les Pistons en finales, Shaq entraine son coach dans les toilettes du Palace d’Auburn Hills après un entrainement pour une réunion tactique improvisée à laquelle viennent se joindre d’autres joueurs au fil des minutes.

« Et maintenant ? Est ce que je coacherais à nouveau un jour ? Se demande Jackson après la saison 2004. Vu comment je me sens aujourd’hui, c’est très improbable. » Et pourtant. Quelques pages plus loin, Jackson annonce qu’il va revenir sur le banc et explique qu’il est impatient. C’était en 2004. Dimanche dernier, Jackson a de nouveau annoncé sa retraite. Cette fois, ça devrait être pour de bon. 2011 était vraiment la dernière saison.

Un commentaire sur “Livres – 2004 : L’autre dernière saison de Phil Jackson”

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] Au revoir… le big nounours Shaq a l’air d’être un grand nounours ? Il est un grand nounours. En tout cas, selon les mots de Phil Jackson, il a un grand cœur. [...]

Laisser un commentaire