La naissance d’un champion

(Long) Papiers.Conf est.Non classé.Playoffs 12 mai 2011 | 1 Commentaire

Dans quelques années, on se rappellera de ce match comme de celui qui est à l’origine de tous les succès du Heat. Alors que Miami s’est imposé au fil des jours comme le favori au titre, James et son équipe ont définitivement pris le pouvoir mercredi soir en éliminant Boston.

A voir LeBron James un genou à terre pendant de longues secondes puis dans les bras de son camarade Dwyane Wade quelques instants plus tard, on aurait pu croire que Miami venait de remporter le titre. Il reste pourtant 8 matchs à gagner. Mais le Heat a franchit une étape presque tout aussi importante : il a vaincu tous ses démons.

LeBron James s’est enfin débarrassé des Celtics. En scorant les 10 derniers points de son équipe, il s’est aussi débarrassé de son étiquette de joueur incapable de rentrer un jumper décisif. Comme on le disait hier, la vision des joueurs du Heat a pris forme. Et les joueurs semblent soulagés que tout le monde l’ait enfin vu se concrétiser. Car plus que dans le jeu – ou il y a encore des choses à améliorer – c’est sur le plan psychologique que le Heat semble s’être trouvé.

LeBron se refait une image

C’est presque un sentiment de libération qu’on pouvait ressentir après la victoire de cette nuit. On leur a dit qu’il fallait battre Boston, ils ont battu Boston. Après avoir encaissé des critiques dès leur décision de jouer ensemble, James, Wade et Bosh ont prouvé à tout le monde qu’ils ont eu raison.

LeBron James est celui qui en avait fait le plus, qui en a encaissé le plus et qui semblait le plus soulagé par le succès. Au fil des déclarations d’après match, il a expliqué beaucoup de choses qu’il aurait pu dire avant. Sur le terrain, il a d’abord raconté que c’est pour suivre le modèle de ces Celtics que lui et ses potes ont décidé de s’allier. Au sujet de The Decision, il a enfin prononcé le mot « excuse. »

La victoire est en général le meilleur des remèdes contre les critiques. Demandez à Kobe ! Jusqu’à cette saison, James n’était pas habitué à être détesté. Ça n’a pas du être tous les jours facile à gérer et il a souvent été maladroit. Ce succès l’a libéré et ses paroles visiblement sincères (on l’espère) sont un bonus lui permettent d’attirer à nouveau la sympathie. Et si cette soirée était le début d’une nouvelle ère pour LeBron ? Terminé le jeune homme hyper talentueux mais pourri-gâté qui ne serrais pas la main de ses adversaires les soirs de défaite ? Est ce que LeBron est devenu un vrai champion ? On dirait.

Début de règne

L’obstacle Boston était important mais le Heat n’est qu’à mi-chemin. Débarrassés de leur démons, James et les siens semblent maintenant prêts à conquérir le monde et surtout le titre. Vu le niveau actuel et le potentiel encore à exploiter de cette équipe, il est dur d’imaginer quelqu’un qui puisse les en empêcher.

Deux champions semblent être nés ce mercredi à Miami. Le premier c’est LeBron. Le second c’est ce collectif du Heat qui semble maintenant parti pour tutoyer les sommets pendant un bon bout de temps.

Un commentaire sur “La naissance d’un champion”

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] est en mission actuellement. Pendant ces playoffs, il a pris une nouvelle dimension en rentrant panier décisif sur panier décisif. Comme d’habitude, il peut aussi tout faire […]

Laisser un commentaire