Heat – Mavericks : Retour sur les Finals 2006

Conf est.Conf ouest.Finals.Non classé.Old School.Playoffs.Videos 27 mai 2011 | 0 Commentaire

Ça sera donc un remake de 2006. Derrick Rose était trop seul pour faire passer Chicago au dessus de l’obstacle Miami et le Heat était trop fort et trop déterminé pour laisser échapper sa place en Finals. La façon dont l’attaque des Bulls a calé dans les dernières minutes de chaque match était triste pour cette vaillante équipe mais les Three Amigos n’ont rien volé. A l’Ouest, même chose, le Thunder n’a pas démérité mais était encore un peu vert pour sortir les Mavs’.

Les Finals 2011 seront donc un retour vers le futur. Sauf que beaucoup de choses ont changé depuis 2006. Dans les deux équipes, seuls 2 joueurs de l’effectif actuel étaient présents il y à 5 ans. A Dallas c’est Nowitzki et Terry. Pour Miami il s’agit de Wade et Haslem. Si les Mavs’ s’appuient toujours sur leur intérieur allemand, le Heat compte désormais LeBron James dans ses rangs. Autre différence de poids, les Texans semblent avoir laissé derrière eux les problèmes pour finir les matchs nés justement en 2006 lors des Finals.

Une série à deux visages

Après un match 1 ou Jason Terry (32 pts) et une solide défense dans le dernier quart ont permis aux Mavs’ de s’imposer (90-80), le match 2 a carrément tourné à la démonstration. Dallas a compté jusqu’à 27 points d’avance avant de s’imposer (99-85). Dans le Game 3, les choses semblent continuer à se dérouler à la perfection pour les joueurs d’Avery Johnson qui mènent de 13 points dans le dernier quart et semblent sur le point d’assommer la série.

C’est à ce moment là que tout bascule. Wade (42 pts) devient intenable et permet à son équipe de remonter pour remporter le match (98-96) et relancer les finales. Il en remet une couche dans le match 4 (98-74) pour égaliser et il fait la différence dans le crucial match 5 avec 2 lancers réussis à 1,9 secondes de la fin dans une rencontre que le Heat remporte d’un point (101-100). Toujours inarrêtable, il porte son équipe jusqu’à la victoire et au titre lors du match 6 (95-92). A 24 ans, la superstar Dwyane Wade est née et la réputation d’équipe au mental fragile des Mavs’ avec.

Dwyane et les 97 lancers

S’il y à une chose qui a marqué les Finals 2006, c’est notamment le nombre incroyable de fautes sifflées en faveur de Dwyane Wade. Pour les amateurs de la théorie du complot, tout ça était un coup de la NBA pour porter une nouvelle star très marketing-friendly au sommet. Complot ou pas, il est vrai que le refrain avait de quoi être agaçant pour les fans des Mavs. « Wade pénètre, et il a la faute ! » Des actions qui se terminaient régulièrement avec un and one.

Dans le match 5, Wade a obtenu 25 lancers, soit autant que tous les Mavericks réunis ! Ce soir la, il a signé le record du nombre de lancers réussis dans un match de finale NBA. Le détail du nombre de lancers tentés par Wade au cours des finals au fil des matchs est le suivant : 10, 14, 18, 9, 25 et 21.

En réalité, la théorie du complot prend du plomb dans l’aile lorsque l’ont constate que dans le match 3, Wade a eu 15 lancers avant la remontée de son équipe et seulement 3 dans le dernier quart. Dans le match 5, il a marqué ses 6 derniers points du temps réglementaire sur des jumpers. Au total, sur l’ensemble de la série, 160 fautes ont été sifflées aux Mavs pour 146 au Heat, soit un total relativement équilibré (stats via Inside Hoops).

Des bagues pour les vieux

Si Wade a été la grande star des Finals 2006, il a aussi aidé beaucoup de vétérans à décrocher leur première bague. Antoine Walker, Gary Payton et Jason Williams peuvent ainsi remercier le Flash. Shaquille O’Neal, lui, est reparti de ces Finals avec son quatrième anneau.

Cette année, les vieux à la recherche de leur première bague s’appellent Nowitzki, Kidd, Terry, Stojakovic et ils sont du côté de Dallas. Ils espérerons sûrement connaître une fin aussi heureuse que les vétérans du Heat 2006.

En vidéo

Le résumé des Finals 2006

Le résumé du match 6

La dernière minute et la célébration

Le Top 10 des Finals

Laisser un commentaire