Trois êtres leur manquent mais rien n’est dépeuplé

(Long) Papiers.Aux Etats-Unis.Finals 2011.Non classé 12 juin 2011 | 1 Commentaire

Les Mavs’ ont du surmonter beaucoup de choses pour se retrouver à un match du titre. La première : les blessures.

Cela doit parfois être frustrant. Pour eux et pour leurs coéquipiers. A l’entrainement, pendant les séances de shoot en tout cas, Caron Butler et Rodrigue Beaubois n’ont pas l’air d’aller mal. Aujourd’hui, Brendan Haywood non plus n’avait pas l’air mal malgré le bandage sur sa jambe et l’échauffement sur le vélo. Et pourtant, aucun de ces trois joueurs ne peuvent aider leur équipe au moment de conquérir le graal. Trop justes ou prêts trop tard pour avoir le temps de reprendre le rythme, ils sont forcés de jouer les cheerleaders.

C’est un des plus importants exploits de Dallas cette année et c’est celui qui passe presque le plus inaperçu. Ils ont atteint la dernière étape sans trois joueurs de la rotation prévue en début d’année. Pourquoi ? Tout simplement parce que les Texans ne pleurent pas, ne se posent pas de questions et ne se cherchent pas d’excuses. Face aux blessures, ils ont répondu par le collectif. « On est arrivé ici avec l’équipe qu’on a alors doit juste continuer comme ça« , m’a expliqué JJ Barea lorque je lui ai demandé si ces absences étaient importantes.

Un quasi all-star, un grand talent et un remplaçant de luxe

Les Mavs’ ont réussi un exploit car les joueurs qu’ils ont perdu au fil des matchs ne sont pas des manchots. « Au début de l’année, quand on déroulait, il faisait un super boulot pour nous. C’est un All-Star vous savez« , explique Barea au sujet de Butler. All-Star ? Peut-être pas. Mais Butler était un bon titulaire qui a tourné à 15 points et 4 rebonds de moyenne pendant les 29 premiers matchs de la saison. Même s’il réussissait à garder le sourire jusqu’à l’hôpital, Butler sait aussi qu’il pourrait aider son équipe aujourd’hui. « Je sais que Caron est frustré. Clairement on aimerait avoir Caron avec nous« , raconte son coéquipier.

La situation de Rodrigue Beaubois est différente. La saison du Français n’a jamais vraiment commencée mais les choses qu’il a montré l’an passé laissaient entrevoir un beau potentiel. Sans blessures, il aurait sûrement pu apporter une arme supplémentaire au banc. Brendan Haywood, enfin, n’a du laisser ses coéquipiers qu’il y à quelques matchs. L’ancien Wizard pourrait facilement être titulaire ailleurs dans la ligue mais il a accepté un rôle de remplaçant à Dallas. Il apportait de bonnes choses à l’intérieur et permettait à Chandler de souffler sans que les fans n’aient à se faire de soucis.

Ce sont donc trois joueurs importants que les Texans ont perdu avant ces Finals. Quelle équipe aurait pu aller si loin en perdant trois joueurs de sa rotation ? Même après la perte de Haywood, les Mavericks ont réussi à gagner deux matchs pour reprendre la main. Ian Mahinmi et Brian Cardinal ont assuré le relais et montré que le collectif passe avant tout à Dallas. Les blessures de cette année ont en fait semblé renforcer l’esprit de groupe devenu le symbole de cette équipe. Un sacré exploit et une belle leçon.

Un commentaire sur “Trois êtres leur manquent mais rien n’est dépeuplé”

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] 12/06/2011: Trois êtres leurs manquent mais rien n’est dépeuplé […]

Laisser un commentaire