Game 4 : C’est la guerre des étoiles

Aux Etats-Unis.Finals 2011.Non classé 8 juin 2011 | 5 Commentaires

Comme on l’a évoqué dans l’article précédent, ces Finals ressemblent parfois à une opposition entre les gentils Mavs’ et le méchant Heat. Alors pourquoi pas pousser le concept jusqu’au bout… Game 4… Action !

Il y à quelques heures dans un pays très, très éloigné…

C’est une période d’intense bataille. Alors que les rebelles ont remporté une victoire face à l’empire il y à quelques jours, Darth Lebron et l’empereur Wade sont à quelques minutes d’arracher le troisième match et de prendre un avantage décisif dans la série. Wade a pris les choses en main. Il est inarrêtable. Déterminé, il est partout : au scoring, au rebond, en défense. C’est lui le leader du côté obscur. Sa force semble trop importante pour les rebelles porteurs des espoirs des Heat haters de la planète.

Wade n’est pas seul. Si Darth LeBron est transparent, Chris Bosh endosse le rôle de lieutenant. Quelques autres troopers réussissent aussi des shoots importants. L’équipe devenue le symbole de l’empire du mal cette saison est trop forte et son adversaire trop gentil. Alors que les Mavs’ doivent être parfaits pour ne pas être distancés, le Heat n’a même pas besoin de donner l’impression de bien jouer. En fait, Le Heat ne donne pas souvent l’impression de jouer de manière fluide. En général, les coups d’éclats de ses chefs suffisent.

Un nouvel espoir

Mais les rebelles menés par Dirk Skywalker et Jet Solo ne s’avouent pas vaincus. Menés de 9 points à 10 minutes de la fin, ils mettent le turbo et renversent la vapeur. A 5 minutes du terme, ils repassent devant sur un layup de Terry. Malgré la fièvre, Nowitzki prend ses responsabilités. Il mène l’assaut final et, après que l’empereur Wade ait craqué sur la ligne, il lâche le missile final qui inflige une nouvelle défaite aux forces de l’empire.

« Nous n’avons pas l’apparence d’une équipe physiquement dure mais c’est le groupe le plus mentalement solide que j’ai jamais eu« , a expliqué Yoda Carlisle après la bataille. Le pouvoir de la force est grand avec les Mavs’ grâce à de nombreuses personnalités et profils atypiques (doit je aller jusqu’à comparer Tyson Chandler à Chewbacca et JJ Barea à un Ewok ? Non, on va quand même s’en passer) qui réussissent à créer un collectif solidaire qui ne veut jamais s’avouer vaincu.

La suite au prochain épisode

Après la bataille, l’ambiance est morose dans l’étoile noire. Darth LeBron, Wade et Bosh se trouvent chacun dans un coin du vaisseau. Aucun d’entre eux ne parle. Pas assez agressif pendant la rencontre, LeBron est le premier à se rhabiller. Le regard est noir et il semble qu’il pourrait étrangler à distance un de ses hommes. L’empereur Wade a les yeux collés sur son téléphone. Bosh est le seul qui esquisse un sourire lorsqu’on lui adresse la parole.

L’ambiance est forcément plus relâchée dans la base des rebelles même s’il n’y a pas vraiment d’effusions de joie. Dirk Skywalker et ses hommes savent qu’il ne faut pas s’enflammer trop vite. Car l’épisode suivant s’appelle « L’empire contre attaque.« 

5 Commentaires sur “Game 4 : C’est la guerre des étoiles”

  1. tof dit :

    Je vous lis depuis un moment, et aujourd’hui je me suis bien régalé… « que la force soit avec vous ».
    régalez-vous pour nous là-bas

  2. Carpetstar dit :

    Moi aussi j’aime bien les articles qui paraissent ici…
    Mais est ce que pour la saison prochaine , il y a une chance que la rubrique « ALM Evreux » fasse son retour ?? Plizzz !!

  3. admin dit :

    Salut Carpetstar,

    Malheureusement la rubrique sur l’ALM ne pourra pas revenir à l’avenir tout simplement car je n’habite plus à Evreux. Désolé.

    Bonne soirée ;)
    Alain

  4. Carpetstar dit :

    Ceci explique cela !!

    Tant pis, c’est bien dommage car c’était bien sympa d’avoir une autre vision que celle de la presse locale ou des sites …

    Bonne journée
    Adios

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] Leçon retenue ? Le Heat a mangé son pain noir. Après l’été de la décision, tous les yeux étaient sur eux. A l’image de James, ils ont géré leur image avec défiance et arrogance jusqu’à mordre la poussière face à une équipe des Mavericks qui représentait alors toutes les valeurs inverses. [...]

Laisser un commentaire