Game 5 : Une (belle) histoire de clutch

Aux Etats-Unis.Finals 2011.Non classé 10 juin 2011 | 2 Commentaires

Plus clutchs que jamais et surtout plus clutchs que le Heat, les Mavs’ ont arraché une énorme victoire dans le Game 5 pour se placer à une victoire du titre.

Quand Jason Terry raconte ce que ca fait de prendre un tir décisif dans les dernières minutes du Game 5 d’une finale NBA, ca ressemble à une belle histoire : « C’est comme être sur le playground à la maison à Seattle. Essayer d’imiter vos idoles dans la situation des Finals, avec le match en jeu. Vous vous élevez et vous le mettez. » C’est aussi simple que ça. Pour Terry et les Mavs en tout cas. Pendant ce match, les hommes de Dallas ont shooté comme dans un rêve et n’ont pas tremblé au moment de mettre les paniers de la gagne dans un match serré pendant encore 47 minutes. Dallas a eu plusieurs occasions de distancer le Heat pendant la rencontre, en vain. Mais en fin de match, les Texans n’ont pas laissé tombé leur publice.

Pour LeBron, ces Finals continuent de ressembler à une drôle d’histoire. Le numéro 6 ne cesse de clamer que ses stats n’ont pas d’importance. Il a raison. Car malgré un triple double, il n’a pas pesé véritablement sur le match et encore moins dans le clutch time. Le King auto-proclamé n’a marqué que 2 points dans le dernier quart et il s’agissait d’un lay-up alors que le match était quasiment définitivement plié. Pour le reste, le bilan de LBJ dans les 12 dernières minutes est le suivant : 3 pts manqué, faute offensive, jump shot manqué et 3 pts manqué. Visiblement, contrairement à Terry, James a du mal à s’imaginer comme dans son enfance lors des moments chauds. On peut oublier les comparaisons avec Jordan pour un bon moment.

La défense du Heat cède

S’il y en a un qu’il faudrait comparer à Jordan, ca serait Dwyane Wade. Le numéro 3 porte son équipe et a encore fait tout ce qu’il a pu dans le clutch. Pendant ce temps, LeBron joue les Pippen du pauvre. Même la défense, qui était jusque la son argument refuge, a complètement cédé du côté de Miami.

A l’inverse, les Mavs se sont complètement retrouvés dans ce match ou ils n’avaient aucun droit à l’erreur. JJ Barea est enfin redevenu le feu follet qui a dégouté les Lakers. Kidd a été le joueur expérimenté qui met les shoots capitaux, Jet Terry s’est rappelé de son enfance en rentrant quelques tirs ultra-clutch et Dirk et simplement été Dirk, ce qui est déjà énorme. Même Cardinal et Mahinmi ont contribué. Brian Cardinal qui s’acharne en défense sur LeBron James et provoque une perte de balle du King de South Beach, c’était aussi une des images symboles de ce match et de cette série.

Et maintenant ? James va-t-il se réveiller ? Possible. Wade peut-il gagner deux matchs quasiment à lui seul ? Pourquoi pas. Est ce que Dallas est capable de conclure la saison lors du match 6 ? Pas inimaginable. Mais ce qui est magnifique avec cette finale, c’est que tout est possible et qu’on aura les réponses que lors des matchs. Il n’y à donc plus qu’à attendre avec impatience le prochain rendez-vous.

2 Commentaires sur “Game 5 : Une (belle) histoire de clutch”

  1. nick dit :

    A mon avis LBJ c’Etait ce match ou jamais pour se rEveiller.
    Sans un gros LBJ, je vois mal Miami gagnE les deux prochains matchs.
    Etrangement, je pense que ce sont ses supers prestations dans le clutch face a Boston et Chicago qui en sont la cause. Il a du se dire, « ca y est, je suis clutch, je n ai plus qu’a gagner le titre ».

    Tant mieux pour Nowitzki et Kidd, ce serait largement mEritE.

    (sorry pour les accents)

  2. Tom dit :

    A propos de L. James : « il n’a pas pesé véritablement sur le match ». Il a quand même réalisé un triple double, ce qui n’est pas très courant en finale.

    A propos de D. Wade : « Le numéro 3 porte son équipe et a encore fait tout ce qu’il a pu dans le clutch ». Certes mais il a encore tout loupé.

Laisser un commentaire