Un nouveau (bon) départ pour LeBron et le Heat

(Long) Papiers.Conf est.Non classé 14 décembre 2011 | 2 Commentaires

On les a quitté battus et abattus. Une bonne partie de la planète basket se réjouissant de leur malheur. Aujourd’hui, quelques jours après la reprise des activités, changement de décor. Le Heat affiche une stabilité et une sérénité qui le place en pole position dans la course au titre.

LeBron James en a terminé avec le rôle du méchant. « Cela a fait de moi quelqu’un que je ne suis pas, a expliqué le joueur à ESPN. J’ai commencé à m’y prendre. J’ai commencé à jouer au basket dans un état d’esprit dans lequel je n’avais jamais joué avant. En colère. »

« Je suis juste de nouveau moi-même. Je suis impatient. Comme je l’ai dis, le lockout, pendant le long été, cela m’a donné une opportunité de voir qui je suis, revenir à qui je suis et être impatient que la saison commence. Ca va être géant. »

Oui, cette saison pourrait être géante pour LeBron et le Heat. Comme on s’en doutait l’an dernier, l’ancien Cav’ ne vivait pas bien le déchainement de haine qui a accompagné son arrivée à Miami. Si beaucoup continueront à le détester, et s’il restera probablement parfois le mégalo que l’on connait, l’important pour James et son équipe est qu’il semble désormais à l’aise avec lui-même. Ses sourires devant les micros des journalistes réunis pour la reprise du Heat ne trompent pas. Même coté pub, le ton de sa dernière campagne pour des feuilles énergisantes est clairement plus positif et souriant que ce qu’il faisait avec Nike l’an dernier.

Vu le potentiel du bonhomme, savoir qu’il va jouer avec le cœur plus léger a de quoi faire peur à tout le reste de la ligue.

Leçon retenue ?
Le Heat a mangé son pain noir. Après l’été de la décision, tous les yeux étaient sur eux. A l’image de James, ils ont géré leur image avec défiance et arrogance jusqu’à mordre la poussière face à une équipe des Mavericks qui représentait alors toutes les valeurs inverses.

Ils ont appris à se connaître tout en étant le sujet d’un traitement médiatique sans précédant. Il y a eu la décision, les déclarations maladroites, les mauvaises blagues et la défaite. Pour le moment, dans leurs déclarations au moins, les Three Amigos donnent l’impression d’avoir retenu la leçon.

Comme James, Wade plaide une approche plus festive pour la saison à venir. « Nous ne jouerons pas éternellement, explique-t-il. Regardez ce qui est arrivé à Brandon Roy, ça vous fait prendre conscience qu’il faut aussi savoir savourer ces moments. »

Miami s’est même trouvé un rigolo de service. De retour au sein d’une équipe après des années de galère, Eddy Curry a amusé la galerie. « Je ne grandis plus en circonférence« , a plaisanté le pivot qui a en effet fondu comme une Ben et Jerry’s au soleil. « En cas de doûte, mangez une salade« , a-t-il aussi expliqué.

Une bonne gestion et un coup de main de Stern
Pour le moment, le Heat est le grand gagnant de l’inter-saison. Miser sur la continuité est le meilleur pari lorsque la saison est écourtée par un lockout et que tout va aller plus vite avant et pendant la saison. Surtout lorsque vos joueurs de base s’appellent James, Wade et Bosh.

Un trio de star que les autres équipes vont avoir du mal à égaler, la faute au nouveau CBA… et à David Stern. Pris d’une crise de folie, le commissionner a décidé que Chris Paul ne bougerait pas, sauf contre une rançon déraisonnable. Décidé à éviter les regroupements de stars, Stern a tué le plan des Lakers qui souhaitaient réunir Paul, Bryant et Dwight Howard. La nouvelle croisade de Stern et Dan Gilbert – l’homme qui avait perdu LeBron en 2010 – fait les affaires des résidents de South Beach.

Loin des drames de Los Angeles ou des changements de Dallas, le Heat profite pour une fois d’un peu de calme. Il s’aiguise sans faire de bruit, dans une ambiance plus saine et avec le très judicieux ajout de Shane Battier. En travaillant dans la sérénité et la continuité, le Heat va forcément progresser. Plutôt une bonne nouvelle pour une équipe qui n’est passé qu’à deux matchs du titre.

2 Commentaires sur “Un nouveau (bon) départ pour LeBron et le Heat”

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] meilleure intersaison: Miami Je l’ai déjà dit, discrétion, continuité et bonne humeur retrouvée son de gros atouts avant d’aborder cette […]

  2. […] est en mission Depuis la fin du lockout, j’annonce le Heat comme le favori de la saison. Je persiste et je signe. Même si cette équipe joue sans vrai système, les talents qui la […]

Laisser un commentaire