N’enterrons pas les Lakers trop vite

(Long) Papiers.Conf ouest.Non classé 30 décembre 2011 | 0 Commentaire

Pour une fois, laissez moi être l’optimiste. Malgré une intersaison catastrophe et un début de championnat à 50% de victoires, tout n’est pas si noir pour les Lakers. Kobe Bryant et son groupe ont encore une chance de jouer les premier rôles.

« Je suis content qu’on ne l’ait pas fait. Je ne pense pas que vous échangiez deux 7-footers contre un meneur. Jamais. » Quand on parle de Chris Paul, l’idée se discute. Mais Andrew Bynum n’a pas tout à fait tort sur le principe.

Dans la saga Chris Paul, les Lakers ont perdu Lamar Odom, la bonne humeur de Kobe et une chance de gagner en capacités athlétiques. Ce qu’ils ont gardé : le meilleur frontcourt de la ligue.

Si Bynum – énorme « si » – reste sur ses deux genoux pendant toute la saison, il peut devenir un All-Star. Les Lakers ont débuté la saison sans lui mais il va revenir apporter quasiment 20 points et 10 rebonds par soirée. Gasol est toujours un des intérieurs les plus talentueux de la ligue. Quelle équipe peut se targuer d’un tel duo ? La clé, c’est aussi de savoir si Kobe va enfin accepter de leur laisser (vraiment) plus de responsabilités en attaque plutôt que de forcer sur son shoot et sur ses genoux. Là encore, un énorme « si. » S’il y arrive, Bynum – Gasol et Bryant peuvent largement être considéré comme un Big Three. Il ne serait pas étonnant de les voir tous les trois au All-Star Game.

Mike Brown au secours de la défense, des jeunes… et de la paix dans le monde
On s’est souvent moqué de lui pour son attaque LeBron-centrique à Cleveland. Mike Brown n’est pas un génie offensif. Mais il a beaucoup d’autres qualités. La première, c’est l’importance qu’il attache à la défense. « On peut marquer beaucoup de points. On doit apprendre à défendre d’abord« , expliquait le coach pendant le match d’ouverture contre les Bulls. La défense gagne des titre, tout ça, tout ça… Enfin vous connaissez le refrain.

Là ou l’effet Brown va aussi se faire sentir, c’est sur les jeunes et ceux qui ont eu du mal avec l’attaque en triangle. Phil Jackson a toujours expliqué lui-même qu’il fallait parfois plusieurs années à certains joueurs pour appréhender son système. Avec une attaque plus conventionnelle (mais qui garde au passage certains éléments du triangle), Ron Artest Metta World Peace (11,5 pts, 50% au tir) est enfin efficace. Il fait un sixième homme plus que décent depuis le début de la saison. Même chose pour les rookies ou jeunes qui, comme Devin Ebanks, peuvent enfin participer à la fête.

Avec un système qui ne limite pas certains joueurs, les Lakers gagnent, de fait, en profondeur d’effectif. Même si aucun d’entre eux n’a le talent individuel de Lamar Odom, Josh McRoberts et Troy Murphy apportent de l’activité en sortie de banc, tout comme World Peace et Steve Blake. Le rookie Andrew Goudelock pourrait aussi se faire une place dans l’effectif.

Attention aux vieux briscards
Tout n’est pas rose quand même. Les Lakers ont toujours un énorme point faible au poste de meneur. Derek Fisher n’est tout simplement plus un titulaire. Ses oppositions avec les Derrick Rose, Russell Westbrook ou autres Chris Paul sont drôles pour tout le monde sauf pour lui et les fans des Lakers.

Bynum a raison, on échange rarement deux 7 footers contre un meneur. Mais son équipe aurait quand même besoin d’un sérieux coup de main dans le secteur. Dwight Howard est sûrement toujours dans les petits papiers de cette équipe mais récupérer un meneur digne de ce nom et garder le duo Gasol/Bynum est probablement une autre alternative.

L’autre soucis des Angelinos c’est que beaucoup de poids repose sur les jeunes genoux fragiles de Bynum et les vieux genoux fragiles de Kobe. Leur bonne santé est le préalable à tout succès. Dur.

Les Mavericks ont montré l’an dernier qu’il ne faut jamais mettre au placard une bande de vieux briscard. Dans une conférence Ouest très ouverte, les Lakers ne sont pas encore grillés. Ils ont des défauts, il y a de nombreux « si » mais aussi beaucoup de qualités et d’expérience. Ils ne seront sûrement pas les rois d’une saison régulière raccourcie mais ils connaissent bien les playoffs. Ne les enterrons pas trop vite.

Laisser un commentaire