Bilan de mi-saison: OKC-Miami, l’inévitable finale ?

Bilan.Conf est.Conf ouest.Non classé 23 février 2012 | 0 Commentaire

Plus qu’une soirée de matches avant le All-Star Game. L’occasion de faire un petit bilan à la moitié de l’exercice NBA 2011-2012. Première partie avec les favoris.

Avec 26 victoires pour 7 défaites, le Heat et le Thunder partagent le meilleur bilan de la ligue. Ils dominent leur conférence et se sont imposés comme les favoris dans la course au titre.

Pas besoin de s’étaler sur ce qui se passer à l’Est. Comme prévu, les Floridiens profitent de l’expérience de l’an passé pour continuer leur progression. Ils défendent bien et peuvent très bien verrouiller le match. Quand ils le font, ils sont injouables en transition. Chris Bosh semble enfin s’être habitué au fait qu’il n’est plus un joueur majeur, James est plus efficace que jamais et cette équipe semble tout simplement au-dessus de la concurrence. Derrick Rose est toujours trop esseulé.

A l’Ouest, le Thunder impressionne. Kevin Durant marche sur l’eau. 51,6% d’adresse au tir. De la facilité à revendre. Une capacité à marquer lorsque c’est nécessaire assez terrifiante. Meilleures stats en carrière au rebond et à la passe. Et dire qu’il n’a que 23 ans. Pour ne rien gâter, Russell Westbrook est aussi plus adroit que jamais. Cela donne des performances hallucinante comme cette soirée à 51 pour l’un et 40 pour l’autre.

Cette équipe n’est pas parfaite. Elle manque de scoring intérieur, dépend beaucoup de ses deux stars et s’endort parfois un peu en défense mais c’est du très solide. Quand James Harden et les role players sont là, c’est du tout bon. Oui, Westbrook peut toujours se mettre à forcer en playoffs pour être la star. Mais on ne voit pas grand chose d’autre qui peut les perturber.

Le seul adversaire d’OKC dans sa conférence semble rester le champion en titre. Les Mavs’ montent en puissance, à l’image d’un Dirk Nowitzki a nouveau Wunderbach. Dallas dispose d’un effectif plus profond et d’un peu plus d’expérience. Mais les Texans vont vraiment devoir s’accrocher et sortir le grand jeu pour garder leur couronne.

La beauté des playoffs – et on l’a vu l’an dernier – c’est que tout est possible. Mais, pour le moment, Miami et OKC sont plus que jamais en pole position pour se retrouver en juin.

Laisser un commentaire