Kobe est déjà une légende

(Long) Papiers.Conf ouest.Non classé 6 mars 2012 | 0 Commentaire

Accrochez vous et appréciez. Vous pouvez actuellement voir jouer un des meilleurs de tous les temps. Une légende en action.

Je ne sais pas pourquoi, mais ça m’a frappé dimanche en regardant le match contre le Heat. On savait déjà que Kobe est un grand joueur. Qu’au final, il ferait partie des plus grands. Qu’il a battu des pelletés de records et tout ce genre de choses.

Jusqu’à cette année, Kobe a construit son histoire. La saison passée, on croyait qu’il allait commencer à décliner et entrer doucement dans la légende du basket. Et puis non. Avec des genoux enfin libérés de la douleur, le numéro 24 est toujours là. Contre Miami, au fil des tirs plus difficiles les uns que les autres, une chose est devenue évidente: Kobe est déjà une légende. Et on a la chance de le voir à l’œuvre.

Maintenant, le Black Mamba ne fait qu’ajouter à la narrative de sa saga.

C’est sûrement ce côté « je suis toujours là alors qu’on m’enterrais » qui est le plus impressionnant et qui confirme ce qu’on savait déjà. Kobe est un maniaque du ballon orange. Il ne veut pas partir. Il ne veut pas lâcher le cuir (parfois trop). Il ne veut pas perdre. Il ne veut pas se reposer. Il veut toujours s’améliorer.

C’est cette impression de mini-renaissance après une année 2010-2011 difficile qui le fait définitivement entrer dans la légende et qui donne une nouvelle dimension à son œuvre. Et c’est ça qui était frappant dimanche.

Un vieux de 33 ans
Il n’y aurait pourtant pas de honte à décliner après 5 titres, de nombreuses blessures et des milliers de matchs. Kobe a 33 ans. Un vieux 33 ans. Il est arrivé en NBA à 17 ans. En 15 saisons, il n’a manqué qu’une seule fois les playoffs. Total: 49694 minutes passées sur les parquets. C’est déjà plus que Michael Jordan sur toute sa carrière.

Pourtant Kobe ne se contente pas de ce qu’il a. Il en veut plus. Toujours. Et il continue de bosser et n’a pas peur de s’inspirer des autres. Lui aussi a adopté ce petit shoot en reculant avec la jambe levée « à la Dirk. » Et il le fait bien.

Même s’il est parfois trop égoïste, Kobe n’en est pas moins facilement un des dix meilleurs de l’histoire. S’il s’arrêtait aujourd’hui, on pourrait déjà retenir les nombreux All-Star Game, les trois titres avec le Shaq (un joueur qui avait plus de potentiel de domination mais plus faignant), les deux titres en tant que chef, le match à 81 points bien plus impressionnant à notre époque que les 100 de Chamberlain en 1962…

Quoi qu’il arrive demain et après demain, on se rappellera de Kobe et de ses exploits. Sa déclaration était peut-être prétentieuse, mais il est bien – avec Tim Duncan à un autre poste – le meilleur joueur de sa génération. Quand on pensera aux années 2000, ce sera lui et pas Iverson, Carter ou même Wade.

Mais Kobe veut en rajouter. Ses Lakers ne sont pas favoris cette saison. Mais ils ne seront pas facile à prendre en playoffs. Un dernier titre serait le super bonus. Quoi qu’il arrive, le numéro 24 n’a pas à s’en faire. Il est déjà une légende vivante.

Laisser un commentaire