Ça sent bon les playoffs !

Humeur.Playoffs 5 avril 2012 | 0 Commentaire

Ah, le mois d’avril ! Il commence à faire beau. On ressort les t-shirt. On mange en terrasse. Le public est plus bruyant, les fautes sont plus dures et les matchs plus intenses. Dehors ça sent le barbecue. Dans la télé, ça sent les playoffs. Miam, miam.

Quand le public de Miami est déchainé, c’est qu’il se passe quelque chose de VRAIMENT important. Dwayne se plaint d’un contact ? « Du contact il y en a eu toute la soirée« , recadre le commentateur américain avant que l’arrière du Heat ne prenne une gifle sur un rebond quelques secondes plus tard.

« On ne peu rien faire de soft ce soir, explique Scott Brooks à ses joueurs au début du quatrième quart temps. On doit continuer à se battre. » Douce mélodie aux oreilles des fans de basket.

Et ils se sont battus les joueurs du Thunder. Russell Westrbrook a envoyé valsé LeBron James. Il s’est fait sifflé. Il a persévéré. Kevin Durant s’est fait intercepter. Il est tout de suite revenu contrer. Le Thunder perdu beaucoup de ballons mais s’est accroché. Pas assez. Miami a signé sa revanche du match perdu la semaine dernière comme on répondrait après une défaite en playoffs. La prochaine fois que ces deux équipe pourront se retrouver, ce sera une éventuelle finale…

Pour faire la différence, il y avait notamment Shane Battier, auteur de quelques paniers primés cruciaux. Le vétéran a été discret cette saison, comme par hasard il sort de sa boite en avril, comme ces « vieux » qui gagnent en juin.

LeBron James s’y est mis aussi dans le dernier quart. Des rebonds, une grosse défense et quelques paniers en puissance pour garder son équipe devant. Enorme.

Et puis il y a eu Chris Bosh pour panier du role player qui fait mal, les lancers à haute tension manqués par Perkins, le tir de l’égalisation manqué par Kevin Durant et les lancers de la gagne par D-Wade.

Le public était debout pendant toute cette fin de match intense. A Miami, ça veut dire quelque chose. Ça sent bon les playoffs ! Pendant ce temps là, le même vent de printemps a soufflé sur un Staples Center en feu pour l’opposition entre les deux équipes de LA. Les phases finales approchent. La tension monte. Vivement le mois de mai !

Laisser un commentaire