Le quart d'heure français : Showtime sur courant alternatif à Evreux

(Long) Papiers.Francais.Non classé 19 octobre 2009 | 0 Commentaire

ALM Evreux – JSA Bordeaux : 74 – 61

C’est confirmé, l’ALM Evreux version 2009 – 2010 a trouvé son leader.Si James Mathis est toujours le capitaine de l’équipe et le chouchou du public, c’est bien Philippe Da Silva (photo, au centre) qui dirige cette équipe. Les premiers matchs l’avaient laissé entrevoir. Celui de samedi a apporté la confirmation. Vocal, altruiste, déterminé, le meneur portugais a été l’âme des jaunes et bleus au cours de cette rencontre face à Bordeaux.

Dès le coup d’envoi, l’ALM prend son adversaire à la gorge. Da Silva mène un jeu rapide ultra efficace. Il distribue les caviars à une vitesse hallucinante. Neuf passes décisives en autant de minutes. La machine ebroicienne tourne à plein régime. Même lorsqu’on pense qu’il faudrait ralentir un peu, ils accélèrent… et ça passe. 32 à 17 après seulement un quart temps ! C’est Showtime à la salle Jean Fourré et les 2000 spectateurs exultent, se lèvent et applaudissent toutes les vingt secondes.

A l’entame du deuxième quart temps, le courant se coupe dans la salle. La lumière est toujours allumée mais les joueurs d’Evreux sont éteints. Sans Philippe Da Silva, il mettent six minutes avant d’ajouter de nouveaux points au tableau des scores. Finalement, le rythme revient et ce quart temps aussi est remporté.

Au retour des vestiaires, c’est reparti. Les locaux emballent encore le match. Même recette qu’en début de partie. Du jeu rapide, des passes et de l’adresse. Après la déconvenue de Saint Vallier, Michael Doles et Josh Gomes cartonnent. 42 points et 6/8 à trois points à eux deux. Benoit Toffin, James Mathis et Mory Correa font le boulot en dessous. Philippe Da Silva continue de mener, de motiver, d’arranger le public et même de faire le ménage (photo en bas). Evreux a 28 points d’avance après 23 minutes de jeu.

Mais encore une fois, le courant se coupe. Forcément, difficile de tenir un tel rythme pendant quarante minutes. Surtout que Bordeaux ne lâche rien. Même au fond du trou, les Girondins ne lâchent jamais prise et leur défense « box and one » embête bien les ebroïciens. De 20 points au début du dernier quart temps, l’écart descend à 16. Pendant le temps mort, Remy Valin pique une grosse colère. Les cris résonnent dans les premiers rangs de la tribune qui se trouve derrière le banc.

Si l’écart descend jusqu’à 11 points à un peu moins de trois minutes de la fin, l’ALM gère et quelques paniers plantés au bon moment, notamment par l’inévitable Philippe Da Silva, permettent à Evreux d’assurer sa troisième victoire sans trop se faire peur.

Après quatre matchs, dont trois gagnés, Evreux a montré de très belles choses sur le plan collectif. Si le banc n’a pas été très performant samedi et que le courant était sur le mode alternatif, les jaunes et bleus semblent quand même avoir de beaux arguments à faire valoir cette saison. Mais après cette victoire, Remy Valin l’assure, il prend les choses « match après match »  Surtout, il rappelle que son équipe a encore une belle marge de progression : « On apprend encore a jouer ensemble. »

Interrogé au sujet de la prestation de Philippe Da Silva et de son influence sur l’équipe, Remy Valin fait simple : « Il est a fond. C’est un meneur. »  Un meneur, un vrai. Dans tous les sens du terme. Et un énorme atout pour l’ALM Evreux.

Les stats du match

L’album photo du match

Oui, Philippe Da Silva était vraiment partout samedi soir

Oui, Philippe Da Silva était vraiment partout samedi soir

Laisser un commentaire