NBA Finals – Game 4 : le break est fait, la légende s’écrit

(Long) Papiers.Finals.Playoffs 20 juin 2012 | 0 Commentaire

C’était la confirmation avec un point d’exclamation. Le Heat est plus fort et plus déterminé dans ces Finals. Le Thunder pas encore prêt. LeBron James, lui, continue d’écrire sa légende.

On le pensait indestructible, capable de jouer 48 minutes par match sans problème. Finalement, LeBron James a fini par se montrer humain. Victime de crampes en fin de rencontre, le MVP s’est offert un grand moment. On aime voir les sportifs souffrir, cela rend les exploits plus grands.

L’an dernier, c’était la fièvre de Dirk Nowitzki. En 2012, on retiendra les crampes de James. Le leader du Heat a juré très fort pendant qu’on manipulait sa cuisse sur la touche mais il s’est arraché. Son tir primé est énorme. Le genre d’action qui fait mal à l’adversaire. Il n’a pas réussi à finir le match mais il a fait ce qu’il faut pour entrer dans la légende.

La hargne de James a encore une fois été le symbole d’un Heat qui en veut plus. Miami est en mission et rien ne semble pouvoir arrêter cette équipe.

Un Thunder essouflé

Dwyane Wade a aussi prouvé la détermination du Heat. L’arrière a arraché un rebond des mains de Kevin Durant en fin de match. Il a réussi quelques autres actions décisives. Mario Chalmers a aussi été énorme. L’ancien de Kansas a encore prouvé qu’il adore les situations à haute pression. Encore une fois, on en revient à l’expérience universitaire…

Le Heat ne panique pas. Ne panique plus. En première mi-temps, ils ont laissé passer la tempête. Calmement, ils ont laissé le vent du Thunder se calmer.

Autre confirmation, celle que Russell Westbrook et Kevin Durant sont esseulés. Les deux hommes ont marqué les 32 derniers points de leur équipe ! Leurs coéquipiers sont à 0/7 dans les seize dernières minutes. James Harden a complètement disparu de la circulation et il est en train de faire réfléchir à deux fois les équipes qui pensaient à lui proposer un énorme contrat. Plus triste pour lui, il est en passe de devenir le bouc-émissaire de ces Finals.

Kevin Durant pas encore assez complet

On ne va pas reprocher à Kevin Durant de ne pas avoir mis 20 points dans le dernier quart. On ne peut pas faire ça à chaque match et c’est pour ça que c’est exceptionnel. Mais KD n’est quand même pas au-dessus de tout reproche.

Le scoreur du Thunder doit devenir plus qu’un scoreur. Car quand il ne marque plus, il devient presque transparent. Là ou James et Wade arrivent à se montrer et à faire la différence en défense, au contre où à la passe, Durant ne semble avoir que le scoring pour se mettre en valeur. Lorsque Westbrook, qui a déjà tendance à vouloir d’avantage s’imposer dans les dernières minutes, est dans un bon soir, KD n’est plus décisif. Il lui faut plus d’armes.

Certains mauvais esprits commencent déjà à comparer le numéro 35 à George Gervin, un grand scoreur qui ne faisait pas grand chose d’autre et ne rendait pas ses coéquipiers vraiment meilleurs. La critique est injustifiée… pour le moment. Durant n’a toujours que 23 ans. Il a encore largement le temps de développer son jeu. Et il faudra le faire pour passer un palier supplémentaire dans sa carrière.

Trop jeunes

« L’expérience n’a rien à voir là dedans. Nous sommes tous des pros, et des bons. Nous n’avons jamais utilisé ça comme excuse et ce n’est pas une excuse » Scott Brooks.

Désolé coach, mais permettez moi de ne pas être d’accord. L’expérience a quelque chose à voir dans le déroulement de ces Finals.

Russell Westbrook a fait un match phénoménal mais il a aussi fait une énorme erreur en ne sachant pas combien de temps il restait sur l’horloge de tir au moment de sa faute sur Mario Chalmers. Peut-être qu’un « vieux » aurait pu faire la même, mais cela ressemble à une erreur de jeunesse. Il y a ces erreurs bêtes, ce manque de détermination et ces jeunes joueurs qui disparaissent qui donnent tort à Scott Brooks quand il ne veut pas parler de l’expérience.

L’expérience des Finals est capitale. C’est sur le goût amer de leur défaite de l’an dernier que le Heat a construit une partie de sa détermination. Wade l’a d’ailleurs admis après le match. De la même manière, Dirk Nowitzki puisait l’an dernier sur le souvenir de 2006. Gagner en playoffs lorsqu’on est une très jeune équipe, c’est très dur. Et le Thunder le montre encore.

Miami a mis la main sur cette série. Le break est fait. LeBron James est à un match du couronnement. Maintenant, il faut conclure.

Laisser un commentaire