Ce qu’il faut retenir de la Draft Night

(Long) Papiers.Draft 29 juin 2012 | 4 Commentaires

Et pshhhhit ! Comme pour la trade deadline, la Draft était censée être le moment où Dwight Howard, Pau Gasol, Josh Smith et quelques autres allaient voler d’une équipe à l’autre. Les rumeurs étaient là, ça devait être actif.

Au final ? Pshit. Nada. Rien en dehors du retour de Lamar Odom à Los Angeles. Comme pour la trade deadline ou presque.

On a quand même eu une belle Draft avec, comme tous les ans son lot des vainqueurs et de moins vainqueurs.

Les vainqueurs

New Orleans Hornets
Comment ne pas commencer par eux. Pas besoin de dire pourquoi Anthony Davis représente un nouvel élan. L’ajout de l’arrogant mais pas dénué de potentiel Austin Rivers donne de beaux espoirs supplémentaires à une équipe qui avait déjà Eric Gordon dans ses rangs. Avec un nouveau propriétaire et bientôt un nouveau nom, la franchise de New Orleans a toutes les cartes en main pour repartir du bon pied.

Oklahoma City Thunder
Est ce que les GM de la ligue n’en ont pas marre de se faire humilier par Sam Presti en permanence ? Si Perry Jones a le genou qui tient, OKC pourrait avoir réalisé un des steals de cette Draft. C’est d’ailleurs souvent comme ça que les grandes équipes restent au top. Elles ont les moyens de prendre des risques sur des joueurs là ou ceux qui sélectionnent plus haut ne veulent pas gâcher leur pick.

Boston Celtics
Même remarque que pour Jones avec Jared Sullinger. Le garçon a du talent. Si le physique tient… Fab Melo a du potentiel et Boston pourrait bien avoir reconstruit sa raquette. Dans le pire des cas, les Celtics ont récupéré un peu de muscle dans la peinture. Ça ne fera pas de mal. Si Kevin Garnett revient pour encadrer les deux rejetons et que Danny Ainge gère bien la free agency, cette équipe sera encore là l’an prochain. Au-delà, et quoi qu’il arrive, Rajon Rondo – qui n’a toujours que 26 ans – pourrait se régaler si ces deux nouveaux jeunes coéquipiers se développent.

On attend de voir

Sacramento Kings
Avec l’arrivée de Thomas Robinson, la raquette des Kings est blindée de talent. C’est bien. Maintenant, il faut que tout ça fonctionne. Et à Sacramento, on est jamais sûrs de rien.

Washington Wizards
Avec l’arrivée de Brad Beal, le backcourt des Wizards est blindé de talent. C’est bien. Maintenant, il faut que tout ça fonctionne. Et à Washington, on est jamais sûrs de rien.

Pour faire le lien entre Kings et Wizards, les deux franchise ont maintenant un beau réservoir. Mais elles sont tellement disfonctionnelles depuis plusieurs années qu’il est impossible de s’avancer sur la réussite du projet.

Cleveland Cavaliers
J’avoue volontiers ne pas en connaître beaucoup sur Dion Waiters mais sa petite taille me fait peur pour un arrière. A l’inverse, l’arrivée de Tyler Zeller dans la raquette est appréciable. Kyrie Irving reçoit doucement mais sûrement de l’aide. Il aura peut-être plus de chance que LeBron James avant lui.

Les perdants

Los Angeles Lakers
Qu’est ce que Pau Gasol fait encore ici ? Vous n’en voulez plus ! Le pivot Espagnol a encore du talent à revendre. Mais sa confiance a visiblement tellement souffert ces 18 derniers mois que sa côte a trop chuté pour qu’un deal intéressant se mette en place.

Brooklyn Nets
Il est où Dwight Howard ? Il y a de quoi être curieux sur le plan censé convaincre Deron Williams de rester, en dehors d’une salle flambant neuve et des lumières de la grosse pomme.

Houston Rockets
Les choix des Rockets seront peut-être les bons. Mais leurs gesticulations de ces derniers jours semblent montrer qu’ils voulaient quelque chose de plus gros. Au final, ils n’ont eu ni star ni choix du Top 10. Et ce n’est probablement pas comme ça qu’ils voyaient les choses.

On a aimé : Evan Fournier
Il y a un nouveau Français en NBA ! Denver, c’est bien, mais il va falloir trouver du temps de jeu. Ça aurait peut-être été plus simple ailleurs.

Mention spéciale : Detroit Pistons
Andre Drummond arrive pour aider Greg Monroe. Sur le papier, c’est une belle et grande raquette. Drummond arrive avec le même type de questions que DeMarcus Cousins il y à deux ans : est il assez motivé ? Déterminé ? Si Drummond prend la mesure de son grand potentiel, les fans de Detroit pourraient retrouver une équipe et des prétentions à la hauteur de leur ferveur.

L’homme à suivre : Royce White
Un petit coup de cœur pour terminer. Royce White a été sélectionné par les Rockets en seizième position. Il a du talent. Mais il a aussi peur de l’avion et souffre de troubles de l’anxiété. A ce titre, je lui souhaite (sincèrement) beaucoup de courage pour sa carrière NBA.

4 Commentaires sur “Ce qu’il faut retenir de la Draft Night”

  1. Florian_B dit :

    Les Rockets de l’été 2012 risquent bien de ressembler à un gros bordel sans nom ! Même ma chambre de gosse était plus ordonnée que les choix du GM !

    Royce White, est ce qu’il peut exister une solution pour lui pour réussir en NBA ? Car, avoir peur de l’avion, ça va limiter ses matchs là… Encore, il a de la chance que Houston – SA, Dallas, NO ça peut se faire en une journée de voiture !

    Concernant les Kings et les Wizards, je suis un peu plus circonspect concernant l’équipe de Sacramento, il y a encore le cas T-Rex à régler ! Je ne suis pas très confiant non plus concernant la raquette Robinson – Cousins.

    Par contre, l’équipe du Séraphin national me parait plus prometteuse, ça a bien joué en fin de saison, Bradley Beal est le meilleur joueur qu’ils pouvaient avoir, c’est un sacré shooteur ! Puis attention à la raquette qu’ils peuvent avoir.

    Bref, comme à chaque fois, les vrais gagnants de la draft seront connus 2, 3 ou 4 ans plus tard !

  2. Samî dit :

    Et pas de petit mot doux sur Harrison Barnes, prévu en 4 normalement qui glisse en 7 chez les Warriors !!?

  3. Messina dit :

    Venez découvrir le plaisir de jouer en association, intégrer la peau d’un GM de franchise !!
    surtout en ces temps de trasnferts !!! http://www.nbas.fr/index.php?showtopic=4327&st=2920

  4. Yannick dit :

    Messina, ça marche comment ton truc?

Laisser un commentaire