Le triste surplace des Sixers

(Long) Papiers.Conf est 5 mars 2013 | 0 Commentaire

NBA: Philadelphia 76ers-Media Day

Doug Collins a craqué. Après la sixième défaite consécutive de son équipe la semaine dernière, le coach a sévèrement balancé sur ses joueurs. Il faut dire qu’il y a de quoi être déçu. Alors que Philadelphie devait être une des belles histoires de la saison, tout a raté dans les grandes largeurs. Et la franchise est toujours bloquée au même point.

C’était censé être l’année du renouveau. En tout cas celle du haut de tableau. Après un beau second tour de playoffs l’an dernier, Philadelphie devait enfin oublier les années Iverson et passer dans les années Bynum-Holiday. Et puis badaboum.

Andrew Bynum : la fausse bonne idée

L’an dernier, Andrew Bynum faisait partie du Top 2 des pivots de la ligue. Les joueurs de 25 ans et 2,13m capables d’attaquer et de défendre à haut niveau, ça ne court plus vraiment les rues. En récupérant l’ancien Lakers, les Sixers pensaient logiquement avoir fait une super affaire. Le problème, c’est qu’il y a quelqu’un dans le staff qui n’a pas vraiment fait son boulot.

Bynum n’est pas vraiment à blâmer pour ses problèmes de genou. Ni pour le fiasco de la saison des Sixers. On peut se moquer de lui tant qu’on veut pour ses coupes de cheveux, mais il préférerait sûrement ne pas avoir le genou qui gonfle à chaque fois qu’il court. Le soucis, c’est que les médecins de Philly auraient peut-être dû se renseigner un peu mieux et faire quelques tests avant de faire venir le pivot. Bynum ne s’est pas blessé en jouant, il est arrivé blessé.

Bien-sûr, les médecins ne savaient peut-être pas que l’état des genoux de Bynum allait dégénérer à ce point. Mais ils savaient, au minimum, qu’ils prenaient un gros pari sur un joueur fragile. Pari raté.

Et maintenant ? 

Les Sixers sont de retour au point de départ. Ils sont une équipe faible mais pas assez pour taper des choix de Draft très hauts. Jrue Holiday a fait de gros progrès. C’est un All-Star, un joueur d’avenir mais probablement pas un franchise player qui peut porter toute une ville. Il lui faut de l’aide. L’aide que Bynum devait apporter.

La première solution, c’est que Bynum retrouve la forme l’an prochain. Des choses plus dingues sont arrivées. Pour montrer sa bonne foi, le pivot pourrait accepter un petit contrat le temps de montrer à l’équipe qui voulait lui faire confiance qu’il peut retrouver son meilleur niveau. Ce serait sympa.

Sinon, il n’y a plus qu’à repartir de zéro autour de Jrue Holiday. Virer ces pivots qui ne prennent pas de rebonds, ces joueurs qui ne s’arrachent pas et ceux qui ont les doigts qui glissent. Doug Collins se rapproche aussi de la porte. Ensuite, il faut espérer que Evan Turner passe encore une vitesse supérieure ou choisir de l’échanger à un moment où il fait à peu près bonne figure.

Dans tous les cas, les Sixers sont loin d’être là où ils l’espéraient en début de saison. Ils n’ont pas bougé. Et Allen Iverson reste le dernier à avoir vraiment fait vibrer la cité de l’amour fraternel.

Laisser un commentaire