Le gros égo de l'Agent Zéro

(Long) Papiers.Conf est.Non classé.Polémiques 24 novembre 2009 | 1 Commentaire

Alors comme ça Gilbert Arenas aurait des problèmes d’égo ? C’est apparemment ce que pense Brendan Haywood. Alors que la saison du renouveau tourne à la galère pour les Wizards, des tensions commencent à se faire sentir dans le vestiaire.

Il y a trois jours, Washington est allé se faire battre à San Antonio. La huitième défaite en neuf matchs des joueurs de la capitale. Après la rencontre, dans le locker, l’ambiance est morose. C’est là que les (premiers ?) coups sont échangés.

Brendan Haywood s’adresse aux journalistes mais hausse le ton pour que tout le monde – y compris ses coéquipiers – l’entende :

« Notre talent ne prend pas le dessus sur nos égos. Si vous voulez gagner, vous devez laisser votre égo à la porte. C’est tout. Si normalement vous marquez 20 points et que vous ne marquez pas vos 20 points mais que l’équipe gagne, et alors ? »

Juste après l’intervention de son coéquipier, Gilbert Arenas sort de la douche. Moins silencieux qu’au début de saison, il s’adresse à son tour aux journalistes.

« Je suis là et je me demande : « Mince, est ce que je dois me remettre à attaquer comme je le faisais il y a deux ans pour nous sortir de là ? J’espère que non. » Mais comme je l’ai dit à Antawn Jamison, encore quelque matchs avant que je dise « Hey, je vais devoir vous porter sur mes épaules les gars. »

« La NBA est un bateau. Il bouge en permanence. Les autres équipes ne nous attendent pas. En tant que capitaine, je dois mener mon bateau. Si je dois le mener jusqu’à la terre jusqu’à ce que tout le monde veuille monter à bord, alors je vais le faire. Wade a du le faire l’année dernière jusqu’à ce que tout le monde soit prêt à jouer. Je vais devoir le faire cette année. On verra qui vient et suit. Si personne ne veut suivre, alors ca continuera de bouger. »

C’est à ce moment là que Brendan Haywood passe à coté d’Arenas et du groupe de journaliste en chantant. Et il ne chante pas n’importe quoi. Haywood passe a coté du groupe en fredonnant « I got a big ego », une phrase du titre « Ego » de Beyoncé. Ambiance…

Avec ses déclarations, Arenas ne fait rien pour donner tort à son coéquipier. D’abord Gil se trompe peut être sur un point. Il n’est plus le joueur qu’il était il y a deux ans. Pas encore en tout cas. Lors de la défaite contre les Spurs, l’Agent Zero a marqué 18 points… en prenant 18 shoots. Avec 39% de tirs réussis sur la saison, il est le moins adroit des titulaires des Wizards. Et c’est lui qui prend le plus de tickets shoot.

On ne revient pas comme ça de deux saisons blanches. Même sa touche clutch n’est plus là pour le moment. Prétendre porter son équipe « à la Dwyane Wade » dans ces conditions c’est au mieux être présomptueux au pire… faire preuve de beaucoup d’égo. De l’égo, tous les sportifs de haut niveau en ont besoin. Mais le risque quand il commence à prendre trop de place, c’est qu’il empêche de voir la réalité des choses.

En dehors du terrain, l’instant « Je ne dit plus rien et je laisse parler mon jeu » est déjà terminé. Vidéo d’annonce pour son futur show, course au million d’amis sur Twitter… Gilbert Arenas redevient l’Agent Zero. Officiellement. Il l’a annoncé il y a dix jours.

« Je suis Zéro. Je ne suis plus Gilbert. Gilbert ca ne marche pas. Ca ne marche pas puisqu’on a perdu cinq matchs de suite. Le coach m’a dit qu’il ne voulait plus de l’homme énervé. Alors il (ndlr : l’Agent Zero) est de retour. »

Le meneur des Wizard est il vraiment fou, schizo, totalement imbu de lui même ou juste fun ? Impossible de vraiment le savoir.

Le vrai soucis, c’est qu’il ne semble pas régner une ambiance sereine dans le vestiaire des Wizards et que ca se ressent sur le terrain. Arenas ne prend pas vraiment les torts sur lui. Il met les problèmes de son équipe sur le compte de joueurs qui, selon lui, joueraient pour leur pomme afin de décrocher un gros contrat cet été lorsqu’ils seront libres. Douteux quand on sait que les joueurs en question sont Brendan Haywood, Mike Miller, Randy Foye, Fabricio Oberto, Dominic McGuire, Mike James, Javaris Crittenton et Earl Boykins.

Ego ou pas, il semble y avoir un malaise entre Gilbert Arenas et certains de ses coéquipiers alors que la saison commence à peine. S’ils ne veulent pas vivre une saison galère et devenir les Warrions de la conférence Est, les Wizards – Arenas et Haywood en tête – feraient bien d’écouter Antawn Jamison :

« Actuellement, on a des gens qui paniquent (…) On doit mettre tout ca de côté et juste aller jouer. On a joué que 12 matchs cette saison, on a encore beaucoup de chemin à faire. (…) Il faut que ca soit 12, 15 mecs sur la même longueur d’onde. »

Un commentaire sur “Le gros égo de l'Agent Zéro”

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] : il va être plus dur d’attirer des free agents de qualité. L’idée de cohabiter avec l’égo de l’Agent Zéro a de quoi en rebuter plus d’un. Dommage, car les Wizards ont l’argent pour attirer une [...]

Laisser un commentaire