Quand la NBA fait "flop-flop"

Conf est.Conf ouest.Non classé.Polémiques.Vie de la ligue 4 décembre 2009 | 4 Commentaires

Il y une semaine, Rasheed Wallace a fait savoir aux arbitres qu’il n’avait pas du tout apprécié le flopping d’Hedo Turkoglu. Ça lui a valu une technique. Il a ensuite expliqué aux journalistes que le jeu souffre selon lui de ces fautes imaginaires.

« Le jeu est en train de devenir fade. Ça devient fade avec tout ce putain de flopping. »

Même si depuis la saison dernière la NBA a un peu jugulé le phénomène en menaçant les floppeurs avec des amendes, l’ailier des Celtics n’a pas tort. Le flopping n’est pas un cadeau que font les joueurs à leur sport. D’abord parce qu’on va finir par avoir les oreilles qui sifflent à force d’entendre des coups de sifflet. On ne peut déjà plus poser un doigt sur les attaquants alors si les défenseurs se mettent à tomber tous seuls on n’en fini plus… Ensuite, bien-sûr, parce que ce geste va à l’encontre de l’esprit du jeu. Sur le même sujet, le Sheed avait déjà eu une phrase très juste en mai 2008.

« Ça n’est pas du basket. C’est du divertissement. » Tout est dit.

Le flopping, comme le scoring, le rebounding et tout ce qui rime en « -ing » sur nba.com, a ses spécialistes. Certains sont bien connus. Manu Ginobili fait parti de ceux là. Les gens du site Basketbawful lui avaient d’ailleurs rendu un bel hommage vidéo.

Après avoir lu les commentaires de Wallace, un petit tour dans les archives s’imposait pour essayer de trouver LE floppeur ultime. And the winner is… Andrei Kirilenko (aka Ivan Dargo dans Rocky) !

Attention, Actors’ studio !

Mention spéciale au retraité Robert Horry pour son jeu d’acteur de haut niveau.

4 Commentaires sur “Quand la NBA fait "flop-flop"”

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Sur Basket Blog, Alain Mattei critique les joueurs NBA qui aiment à duper les arbitres : “Quand la NBA fait flop-flop” […]

  2. […] plongeon digne des meilleurs joueurs de soccer ou de certains basketteurs. En anglais dans le texte, ça s’appelle du flopping et Jerome Simpson semble maitriser cet […]

  3. […] A Chicago, tout est fait à haut niveau. Même le flopping. Andrei Kirilenko en serait presque jaloux. […]

  4. […] Ça n’est pas une nouveauté, je suis du même avis que Van Gundy. La NBA peut et doit limiter le flopping. Dans les faits, ces actions faussent le jeu puisqu’elles entrainent des erreurs d’arbitrage. Dans l’esprit, on préfèrerais de la vraie défense plutôt que des plongeons. C’est plus de boulot mais c’est plus gratifiant. […]

Laisser un commentaire