(Très) Frustré, Trevor Ariza sort les poings

Conf ouest.Non classé.Transferts.Videos 15 décembre 2009 | 0 Commentaire

Lorsque les Lakers et les Rockets ont échangé Ron Artest et Trevor Ariza, ce sont les californiens qui étaient censés récupérer un dingue. Pourtant ce week-end c’est bien Ariza qui a faillit éclater le crane de DeMar Derozan. Un geste qui lui vaudra sûrement un match de suspension.

Avant de se la jouer Mike Tyson, Ariza en était à 0 sur 9 au shoot. Vous avez dit frustration ?

L’ailier des Rockets a de quoi être frustré. Les Lakers n’ont pas fait grand chose pour le retenir et ont accueillit Artest à bras ouverts. Aujourd’hui, c’est Ron-Ron qui s’éclate sur le terrain et Ariza qui rame. Et perdre, c’est encore plus frustrant quand on gagnait il n’y a pas si longtemps que ça.

Ariza a signé un plus gros chèque mais il se retrouve dans une galère sans nom. Avec Aaron Brooks, il est le leader d’une équipe privée de ses stars. Le problème, c’est qu’il n’est pas encore armé pour être un leader offensif. Ariza marque plus cette saison. De 9 points par match il est passé à 17. Mais à quel prix ? De 7 shoots tentés par soirées il est passé à 17. Son pourcentage d’adresse s’est écroulé. De 46% la saison passée, il est tombé à 38% depuis qu’il porte un maillot rouge.

Au delà de l’argent, Ariza partait à Houston pour jouer plus. C’est le cas. Il passe presque 39 minutes sur le parquet à chaque match. Mais Ron Artest ne joue que cinq minutes de moins et marque 13 points par match. Il shoote à 44% à deux et 37% à trois points (34% pour Ariza). Surtout, l’ancien fou joue le titre. Visiblement, ca suffit à le rendre heureux. Qui a entendu parler d’Artest pour un incident sur le terrain depuis octobre ? Il n’a pris que deux fautes techniques. C’est trois de moins que Kobe ! Si Trevor Ariza jette un œil aux matchs des Lakers, il a de quoi être frustré de voir un nouveau joueur remplir aussi bien son ancien rôle.

Il ne s’agit pas de dire que telle ou telle équipe a gagné le trade de cet été. C’est impossible à dire tant les deux joueurs évoluent dans des situations différentes aujourd’hui. Ce qui est sur c’est que pour le moment les Lakers n’ont pas perdu leur pari. Pour les Rockets, les dividendes pourraient s’engranger un peu plus tard. Pas facile à vivre pour Ariza, un sportif qui veut forcément gagner dès qu’il entre sur le terrain.

Trevor Ariza peut se consoler en regardant briller sa bague de champion. Pas sûr qu’il en récupère une nouvelle dans un avenir proche. Et ca c’est frustrant.

Laisser un commentaire