Les incroyables genoux de DeJuan Blair

Conf ouest.Insolite.Non classé.Rookies 19 janvier 2010 | 1 Commentaire

Star à la fac, attendu dans le haut du tableau de la Draft, DeJuan Blair fait le bonheur des Spurs qui l’ont récupéré au second tour. Aujourd’hui, beaucoup de monde se demande pourquoi toutes les autres franchises n’ont pas mis la main sur cette pépite plus tôt. La réponse est simple : personne ne sait combien de temps les genoux de DeJuan Blair vont lui permettre jouer au basket.

Il y a quelques mois, avant la Draft, lorsque quelqu’un postait un message sur un forum pour annoncer que DeJuan Blair n’a pas de ligaments croisés antérieurs aux deux genoux, les réponses étaient les suivantes : « Huh? What the??« , « how the hell can you walk with no ACL’s?« , « Not possible« , « umm, with NO ACLs at all, your knees would go all Shaun Livingston at the first hint of lateral movement » ou encore « Maybe hes a cyborg. Is he here for john connor?« . Pourtant c’est vrai. Dejuan Blair n’a pas de ligament croisés antérieurs aux deux genoux. C’est pour cette raison qu’il est descendu si bas le soir de la Draft.

Première question : Pourquoi Blair n’a t il pas de ligaments croisés antérieurs ? La théorie serait qu’en high school, les ligaments du joueur ont été endommagés. Au cours de l’opération, les médecins n’auraient pas réussi à réparer les dégâts. Au fil du temps, ses ligaments se seraient détériorés jusqu’à disparaitre.

Seconde question : Comment Blair fait il pour jouer au basket à haut niveau malgré ce problème ? Les ligaments croisés, dont l’antérieur, servent à stabiliser les genoux au cours des mouvements, notamment de saut et d’impact au sol. Dans leur rôle de répartition de l’impact, les ligaments sont aidés par d’autres parties du corps. D’autres ligaments, les muscles, les tendons, les cartilages… Si les ligaments ne sont plus là, ce sont ces parties du corps qui doivent être sollicités d’avantage pour compenser. Le rookie des Spurs est donc obligé d’avoir des quadriceps et des ischio en béton s’il ne veut pas voir son genou céder.

Le fait que la détérioration puis la destruction de ses ligaments ait été progressive a permis au corps de DeJuan Blair de s’habituer à fonctionner de manière différente. Ses muscles ont pris doucement le relais de ses ligaments jusqu’à compenser leur absence. Une période de transition décisive puisqu’une blessure rapide serait encore plus probable pour quelqu’un qui essayerais de jouer après s’être fait retirer les ligaments « d’un coup. »

Dejuan Blair se doit donc de maintenir une forme physique impeccable. Sinon, la galère le guète.

Autre risque – probablement post-basket – l’arthrose qui pourrait le toucher dans le futur.

Combien de temps les genou de Dejuan Blair vont ils tenir ? Un an ? Deux ? Cinq ? Dix ? Impossible à savoir. C’est pour cette raison que de nombreuses équipes n’ont pas tenté le pari. Mais c’est aussi ce doute qui a fait la chance des Spurs.

Bien-sûr, Greg Popovich ne pleurera pas si Blair devient un pivot qui tourne à 20 pts – 10 rebonds pendant 15 ans. Mais Blair a surtout l’avantage d’être un excellent joueur prêt à apporter dès maintenant. Et maintenant, ce sont les dernières années de carrière de Tim Duncan. Les quelques années ou l’équipe est assurée de jouer les premiers rôles. Le rookie est déjà devenu un excellent lieutenant dans la raquette pour Dream Tim. C’était un pari à tenter.

L’avenir ? Il est flou. C’est pour ca qu’il faut excuser des franchises comme Oklahoma City d’avoir laissé filer DeJuan Blair. Dans cinq ans, les jeunots du Thunder seront au top. Mais ou sera DeJuan Blair ? Mystère. BJ Mullens est moins productif aujourd’hui mais il est aussi un pari un moins risqué sur le long terme.

Le présent, lui, appartient à ceux qui prennent des risques. Les Spurs ne regrettent sûrement pas leur 37e choix de la dernière Draft. De son côté, Blair savoure. Lorsqu’on lui parle des doutes qui entourent sa carrière, de sa petite taille pour un rebondeur, de ses genoux fragiles… Il sourit. Et explique : « C’est pour ça que c’est si incroyable. C’est pour ça que c’est si fun. »

Sources : Slate, New York Times, Lakers Ground

Un commentaire sur “Les incroyables genoux de DeJuan Blair”

  1. Titouniator dit :

    Quelle histoire !

    C’est vraiment surprenant…

Laisser un commentaire