Le quart d’heure français : Une victoire pas comme les autres

Francais.Non classé 25 janvier 2010 | 0 Commentaire

ALM Evreux Basket – CSP Limoges : 89 – 85

Une salle pleine, debout et bruyante comme jamais. Des remplaçants qui sautent sur place à quelques secondes du buzzer. Un coup de sifflet final accueillit par des sauts de joie et un tour d’honneur plein d’émotion. Non, la victoire de l’ALM Evreux samedi contre Limoges n’était pas une victoire comme les autres. D’abord parce qu’elle a été arraché à un des gros calibres du championnat. Ensuite parce qu’elle a été obtenue au terme d’un match au scénario haletant par des Ebroiciens encore une fois impressionnants de sang froid et de détermination.

Acte 1 : Un round d’observation de haut niveau
Dès le début du match, l’intensité est là. Les deux équipes défendent dur. Pour marquer, il faut travailler, construire et finir. C’est juste du beau basket. Au collectif ebroicien, Limoges répond par le jeu intérieur solide de James Ford McCord. Pendant deux quart temps, les deux équipes se livrent un superbe combat, tout comme leurs deux camps de supporters qui rivalisent de bruit. Au cours du second quart temps, les visiteurs prennent plusieurs fois l’avantage mais à chaque fois les locaux reviennent. A la sirène de la mi-temps, Evreux compte un point de retard. Personne ne lâche rien.

Acte 2 : La loi du plus fort
Au retour des vestiaires, Evreux met le pied sur l’accélérateur. Le rythme augmente mais Limoges revient encore. Et passe devant.
Souvent dans un grand match, lorsque l’adversaire est plus fort, il prend l’avantage doucement, sans faire d’erreurs. En rentrant des paniers plus facilement. En défendant un peu mieux. Une fois qu’on sent cet adversaire prendre l’avantage, on force plus. On fait quelques erreurs et sans qu’on ait eu le temps de s’en rendre compte  l’avantage finit par devenir rapidement insurmontable. C’est ce qui semble arriver à Evreux au cours du troisième quart temps. Limoges compte 13 points d’avance à la 29e minute.

Acte 3 : Les jeunes relancent la machine
Au début de la saison on voyait peu Karim Dahak. Samedi, c’est peut être lui qui sauve le match de l’ALM. Avec un tir à trois points il réduit l’écart. C’est un trio de joueurs du banc qui permettent à Evreux de revenir dans le match. Karim Dahak, Meredis Houmounou (photo) et Morry Correa défendent, contre attaquent et ramènent leur équipe à neuf points à la fin du troisième quart temps. Debut de la dernière période, on prend les mêmes et on recommence. Trois points de plus pour Dahak, une interception suivit d’un dunk avec le and one pour Houmounou et Evreux n’est plus qu’à un point. La salle est en ébullition.

Acte 4 : Le coude à coude
Revenir derrière c’est bien. Passer devant c’est mieux. Pendant plusieurs minutes, Evreux n’y arrive pas. Les intérieurs limougeauds dominent toujours et l’écart oscille entre 1 et 6 points.

Acte 5 : L’ALM maître du money time
Une minute et dix huit secondes à jouer. Evreux est toujours un point derrière. Philippe Da Silva déclenche un tir trois points, encore une fois le meneur est décisif. Son tir trouve le filet et Evreux passe enfin devant. Limoges repasse devant dans la foulée mais c’est bien l’heure du méga money time. Et les moments chauds, cette saison, c’est la spécialité d’Evreux. 74 – 73 pour Limoges. Karim Souchu manque un lancer, James Mathis égalise. Les visiteurs ont la dernière possession mais l’ALM défend bien, le match va en prolongation.

Ca devient une spécialité. Pour le premier match de la saison à domicile, Evreux avait joué deux prolongations avant de s’imposer. La semaine dernière, il a aussi fallu quelques minutes supplémentaires avant de venir à bout de Clermont.

Avant cette dernière période Michael Doles n’a pas rentré un seul shoot à trois point. Sur la première possession il réussi un panier primé. Le CSP répond à deux points mais Doles en remet une couche, encore une fois à trois points ! Mais Limoges ne lâche pas et revient à égalité et repasse devant, 83 – 81.

Acte final : Apothéose
Si les jeunes ont relancé la machine, ce sont les anciens qui finissent le boulot. Benoit Toffin égalise dans la raquette. Josh Gomes ne tremble pas et met ses deux lancers. Il enchaine avec une interception et deux points faciles. Quatre points d’avance pour les jaunes et bleu.

Les 3200 personnes qui ont pris place dans la salle Jean Fourré sont debout. C’est la fête. Brent Darby manque un lancer, Da Silva aussi mais c’est sûrement pour le suspense, histoire que l’explosion soit encore plus grande sur le buzzer final. Darby est encore sur la ligne. Une nouvelle fois il n’en marque qu’un. Même chose pour Da Silva. Toujours quatre points d’écart.

Pendant les dernières secondes, tout le banc de touche est debout coté ALM. Il a de quoi être heureux. En progrès constant depuis le début de la saison, c’est lui qui est à l’origine de cette victoire de prestige. On saute et on danse. Buzzer final, sauts de joie, tour d’honneur, re-tour d’honneur, sourires, public debout. L’espace d’une seconde, on a l’impression qu’Evreux vient de remporter un titre.

Non, ca n’était pas un match comme les autres. C’était un match exceptionnel. Une grande performance collective de la part d’un groupe au mental en béton armé. Une soirée de fusion avec le public. Le plus beau match de la saison. En attendant la suite…

Photo :  Yves Vielpeau pour alm-evreux-basket.com

Laisser un commentaire